PortailPortail  AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
{ What is the date today ? }

N'oubliez pas que l'histoire du forum suit le cours des saisons que nous vivons IRL à J+2 ans.

NOUS SOMMES EN 2017

Donc faites attention à vos dates de naissances et autres dates dans la chronologie de vos personnages.

{ Forum réservé aux membres déjà inscrits }


Le forum n'est plus administré.
Nous n'acceptons plus de nouvelles inscriptions pour le moment.
Pour toute demande de gestion
ouvrez un sujet dans la section réservée aux invités et un membre vous répondra.

{ Invité }

Si tu as cinq minutes
Fais un petit tour du côté du clic

Top Site #1 Top Site #2 Top Site #3 Top Site #4

"Ayez la clic attitude !"


Partagez | 
 

 L'Illusion des Bienheureux. [PV Sarah]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Ellias MacInerty
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 102
Age du personnage : 25
Habitation : Londres
Occupation : Médicomage / Galleriste à temps perdu
Signature : Tripin'Face
Avatar : Lennox
Date d'inscription : 21/01/2011
Coup de coeur : 0
Gallions : 5147

MessageSujet: L'Illusion des Bienheureux. [PV Sarah]   Lun 3 Sep 2012 - 0:59

L’illusion des Bienheureux.

Sarah et Ellias

Pré-Au-Lard, Octobre 2014

Ellias ferma les yeux. Détermination Destination Décision. Il n'avait jamais eu assez de détermination, une vraie plaie quand il voulait transplanner. Heureusement qu'il n'avait pas souvent à voyager par la magie. Encore heureux. Enfin, peut-être qu'il n'aurait pas eu ce problème en premier lieu s'il ne s'était pas mis à abandonner petit à petit, année après année la magie jusqu'à presque devenir un moldu à part entière, éprouvant de grandes difficultés lorsqu'il fallait revenir à la magie. Bon c'était entièrement de sa faute, mais c'était le problème de beaucoup de sorciers. Ils se laissaient séduire par la technologie des moldus qui était parfois plus magique que la magie, plus rapide et plus pratique. Les téléphones et les textos par exemple, ou les cartes de crédits. Et puis, le monde des moldus était partout, alors qu'il fallait parfois faire des kilomètres pour se rendre à un endroit magique où l'on pouvait trouver tout et n'importe quoi. Pas étonnant que les paresseux comme lui se soit décidé pour le monde "normal", préférant la simplicité et les choses faciles à atteindre très rapidement. C'était justement cet aspect du monde moldu qu'il venait à regretter depuis Décembre et Loevi Leroy, depuis qu'il devait se faire tout petit, particulièrement là où on le connaissait le plus. À savoir le monde des moldus. La discrétion, il savait ce que c'était, la solitude un peu moins, et avoir à changer sans cesse d'endroit pour des questions de sécurité, ça, il n'avait jamais connu ça de sa vie et était vraiment loin d'aimer ce style de vie. Encore plus qu'avant, Ellias n'arrivait pas à comprendre comment sa propre sœur avait pu aimer voyager comme ça tout le temps, changer d'endroit où dormir comme de chemise. Heureusement, Wesley n'avait pas à vivre ça. Depuis lundi 1er Septembre, onze heures, il était en sécurité au sein de Poudlard et Ellias était pratiquement certain que les professeurs du château ne laisseraient jamais personne s'en prendre à un élève pour atteindre un parent. Ça ne marchait que d'un côté, jamais, dans Poudlard, un élève avait été menacé lors des plus grandes guerres. Sur ce point là, il pouvait être rassuré. Le seul problème, c'était jusqu'à quel point pouvait-il être sûr de la sécurité de son neveu ? Il était tout ce qui lui restait de sa famille, hors de question de le perdre lui aussi. Il venait donc toucher quelques mots à qui de droit, arrivant pour cela par Pré-Au-Lard.

Ellias rouvrit les yeux après l'habituelle de sensation je-passe-dans-un-tuyau-où-même-un-rat-ne-passe-pas et respira un grand coup, ressentant immédiatement le changement entre l'air saturé de poussière et de pollution de Londres et l'air pur et vif de la campagne du nord de l'Angleterre, l'air de Pré-au-lard. Cet hiver encore était parti pour être frais, voire carrément très froid, heureusement que Poudlard était chauffé. Avec un élan de nostalgie, Ellias se rappela des feux dans la cheminée, réchauffant doucement la salle commune de Poufsouffle, des petits plats matin, midi et soir, mitonnés avec soin par les elfes de maison, des grands sapins à Noël, des cantiques, des armures enchantés, des sorties à Pré-Au-Lard, Zonko, Weasley et Weasley, Derviche et Bang, les Trois Balais, la tête de Sanglier, le salon de thé et tout le reste … Des endroits qui avaient fait son enfance ainsi que celle de tous les enfants sorciers depuis des décennies. Ellias réajusta sa cape de voyage en songeant que ça faisait vraiment longtemps qu'il n'avait pas utilisé de cape, mais À Rome fait comme les romains … S'il voulait se mêler à la population sorcière, ce n'était certainement pas en venant en costume trois pièces mais bel et bien en cape et robe de sorcier à l'ancienne. Il y avait beaucoup de monde. C'était … étrange. Ellias avait l'impression d'avoir oublié quelque chose. Quelque chose d'important. Quelque chose qui pourrait expliquer qu'il y ait autant de monde dans la petite ville … Quelque chose qui …

Par le caleçon de Merlin. L'évidence le frappa. La rentrée scolaire des universitaires bien sûr. Comment est-ce qu'il avait pu zapper le fait que les plus âgés ne rentraient pas en même temps que les collégiens ? Quel tête en l'air, franchement. Ellias regarda un groupe d'étudiants joyeux venir de la gare pour aller vers le château et la nouvelle aile pour l'Université, bagage et cage de hiboux sous le bras, plongé dans une grande conversation. Le jeune homme se plaqua dans un renfoncement d'un bâtiment, les laissant passer en remontant le col de sa cape sur son visage, fixant le sol. Le Poudlard Express, les portoloins et tout le tremblement devaient juste venir d'arriver. Il avait vraiment mal calculé son coup pour une fois. Il soupira, il aurait du mal à entrer mine de rien dans le château, trop de contrôle de sécurité, autant attendre un peu que le plus gros des étudiants passe. Ellias se redressa, aplatissant quelques mèches de cheveux sur son front pour essayer de dissimuler un peu plus son visage et se dirigea vers la Tête du Sanglier. Autant attendre devant une bonne Bierraubeurre. Miam les Bierraubeurre, ça faisait une éternité …
Revenir en haut Aller en bas
Sarah Mickaels
● University ●
avatar

Nombre de messages : 96
Age du personnage : 20 ans
Habitation : Manoir familial Mickaels, Edimbourg
Occupation : Etudiante 3ème année - Moon Shadow
Signature : Fatal†Error
Avatar : SWEETNESSOFSIN
Date d'inscription : 31/03/2011
Coup de coeur : 12
Gallions : 5046

MessageSujet: Re: L'Illusion des Bienheureux. [PV Sarah]   Lun 3 Sep 2012 - 16:54

- Saaaaaaaaaaaaaraaaaaaaah ! Dépêche toi ! Tu vas encore être en retard ! Le Poudlard Express ne t'attendra pas ! Augustia ma tantine. Sœur de maman, hurlant à travers tout le Manoir et dans mes oreilles aussi ! Vu que maman n'était pas au mieux de sa forme, c'était tante Augustia qui faisait l'intendance de la maison ... Et avec elle, ça filait droit.

Après ce cri strident, me voilà pleinement réveillée ! Baillant ostensiblement à m'en décrocher la mâchoire, je m'asseyais devant le miroir de ma commode, pour me faire présentable. Je peignais lentement mes boucles souples et blondes. Je rafraichissais mon visage par une crème à la senteur de lotus et de riz, et là tout serait parfait. J'entendais du remue-ménage au rez-de-chaussée, les Elfes de Maison, s'attelaient à la préparation du petit-déjeuner que je n'allais pas tarder à avaler ...
Optant pour une tenue passe-partout à mettre sous ma robe de sorcier, me voilà prête ! Maquillage naturel : ok. Coiffure : ok. Sourire car c'était la rentrée : ok. Je languissais aussi, de retrouver mes amies de chambrée ! Elles m'avaient manquées ! Pendant toutes ces vacances, j'étais restée au Manoir familial, à ruminer mes idées noires ! Alors m'échapper un peu de ces mauvaises vibrations me serait bénéfique ! Je descendais enfin les escaliers, tout sourire. Mes bagages étaient déjà en chemin vers Poudlard University. Il y avait juste ma personne qui devait embarquer ! M'asseyant en face de tantine, qui me servait un énorme bol rempli de café, je m'empressais de dévorer des tartines de pain grillé garni de confiture à la citrouille. Je n'avais pas encore vu ma mère, obligée de garder le lit ... C'était toujours à la même période, à l'automne quand père et Gabriel avaient disparus.
Je soupirais devant mon calice caféiné, ma tante me souriait, elle était toujours heureuse de venir nous rendre visite au Manoir ... Là elle en avait pour ses Mornilles !


- Allez Mademoiselle ! Ne traîne pas trop. Je sais bien que ton petit déjeuner est une chose privilégiée chez toi, mais n'abuse pas ! Le temps file ! Me dit-elle en me montrant ostensiblement sa montre.

- Oui tata ! J'avale ce que tu m'as servi comme café, je prends un casse-croûte pour le trajet et je suis prête ! Dis-je en finissant d'un trait le restant de mon bol, et en courant vers les cuisines, où Molly notre gentille Elfe de Maison avait déjà préparé mon future casse-croûte. Je lui souriais et lui faisais une bise sur la joue, avant d'enfiler manteaux et bottes pour braver le temps Ecossais ! Et Merlin sait que ça allait être frileux, même à Londres.

C'était Augustia qui avait fait le voyage avec moi. Excitée comme à chaque rentrée, j'avais donné rendez-vous à mes amies à la Tête de Sanglier, bar très réputé pour toutes les fiestas estudiantines. Et je languissais d'arriver ! Car une bonne Biéraubeurre servie dans une pinte des plus délicates, c'était un plaisir non feint, avant de recommencer l'année ! Nous arrivâmes enfin à destination, ma tante me serra encore dans ses bras, avant de s'en retourner au chevet de ma mère. Au moment de partir, je lui avais certifié que je serais là pour les vacances de Noël. Mon oncle sera revenu de son voyage pour le Ministère, donc nous serons un peu réunis. Un semblant de famille unie, au coin du feu ...
Je me frictionnais un peu, sous ma robe noire de sorcier, j'avais mis pourtant un petit pull et un jean, des bottes finissaient ma tenue, mais j'avais un peu froid. Vite que les amies arrivent ! Qu'on se réchauffe avec des pintes de Biéraubeurre ! J'entendis des hurlements stridents, c'était elles ! Nous nous fîmes des accolades comme si ne nous étions pas quittées. Laïna une nouvelle arrivée dans le cours de l'année passée, avait changé de couleur de cheveux, elle était passé du rouge au bleu ... Et le mélange était explosif !


- Les filles ! Vous m'aviez manquées ! Qu'est-ce que j'ai pu m'ennuyer à faire des choses de moldus ! Ma mère m'a employé à faire toutes les tâches ménagères ! Ho-rri-ble ! Et encore le mot est faible ! Hurla Beth devant des passants et étudiants estomaqués. Nous étions un beau quintet féminin, riant à gorges déployées de nos mésaventures passées pendant les grandes vacances ! Et il y en avait ...

La soif se faisant sentir, j'avais faim aussi, mais mon casse-croûte je n'y avais pas touché pendant le voyage, nous pénétrâmes bras dessus bras dessous à l'intérieur de la Tête du Sanglier. C'était noir de monde et trouver une table où nous caser, nous cinq, ne serait pas chose facile. J'en avisais une, juste devant le bar, entre des tables d'étudiants garçons. Les fesses enfin posées sur les lourds tabourets en bois, nous passâmes commande au serveur. La Biéraubeurre m'avait manquée. La pinte à la main, je me retournais sur mon tabouret, pour voir si par le plus grand des hasards, il n'y avait pas de visages que je connaissais ...
J'allais reparler aux filles, quand une silhouette seule, au fond, attira mon regard. Il était un peu plus vieux que nous étudiants ... Plissant mon regard, je le reconnus enfin ...

Ellias ! Depuis mon immersion dans la Galerie Meyer nous ne nous étions plus vus ! Mon cœur battit la chamade, et j'ai failli en lâcher ma Biéraubeurre ...


- Sarah ? Ça va ? On dirait que t'as vu un fantôme ! Me dit Mary-Weather dans le creux de l'oreille. J'avalais ma Biéraubeurre d'une traite. Le regard fixé sur Ellias, et le cœur qui n'en faisait décidément qu'à sa tête !

- Attendez moi les filles, je reviens. Dis-je en me levant de mon tabouret et en me précipitant au bar pour me commander une autre pinte de Biéraubeurre et pour accessoirement me donner un peu de courage ... La commande présente dans la main, je me dirigeais non sans un délicat sourire à la table d'Ellias.

Arrivée devant lui, je ne savais pas comment le saluer ... J'optais pour deux bises sur la joue et pris place en face de lui.


- Ellias. Heureuse de te voir ici. Tu vas bien ?

Et ce fichu cœur, qui vraiment, n'en faisait qu'à sa tête ...
Revenir en haut Aller en bas
Ellias MacInerty
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 102
Age du personnage : 25
Habitation : Londres
Occupation : Médicomage / Galleriste à temps perdu
Signature : Tripin'Face
Avatar : Lennox
Date d'inscription : 21/01/2011
Coup de coeur : 0
Gallions : 5147

MessageSujet: Re: L'Illusion des Bienheureux. [PV Sarah]   Lun 10 Sep 2012 - 21:25

Dans ses souvenirs, la tête du sanglier était beaucoup moins fréquentée que ça. Bon, c'était quelques années à peine plus tôt, alors soit cette espèce de taverne avait tout d'un coup pris du galon - et un bon nettoyage - soit les Trois Balais devait vraiment être bondé pour que les étudiants en quête de chaleur et d’amusement viennent chercher leur bonheur dans ce trou à rat. Ellias l'avait choisit en se disant qu'il allait être tranquille, au silence, dans un coin de la salle, embêté par personne, sachant pertinemment qu'il régnait une sorte de règle entre les consommateurs habituels : il ne s'était rien passé, on n'avait vu personne, entendu parlé de personne. D'un autre côté, que la salle soit bondée pouvait aussi en soi être très bénéfique. Plus facile de disparaitre, de se faire oublier dans un coin de la salle. Être un seul parmi des dizaines, un visage dans une masse. On ne se souvenait absolument jamais de cet être seul dans une unité. Un don comme une malédiction, en fonction de ce que l'on voulait. Ellias avait toujours été un être unique coincé dans la multitude, un seul individu semblable aux autres. Il ne s'était jamais démarqué d'une quelconque façon dans tout ce qu'il avait entreprit jusqu'ici. Gamin moyen, avec des résultats scolaires moyens, une propension à la fainéantise compulsive et à l'auto-appitoiement, espérant - comme les trois quart de la population mondiale - devenir riche et célèbre sans quitter son canapé et en faisant le moins possible. Il s'était laissé embarqué par une suite d'événements qui avaient de sa vie ce qu'elle était actuellement, mais le jeune homme n'avait jamais donné cent pour cent de son attention à ce qu'il faisait. Ni pour la galerie, ni pour St Mangouste. Il avait essayé d'être résistant, et même ça n'avait pas vraiment été un franc succès. N'être qu'un être moyen qui se fondait dans la masse lui avait, jusque'à ces derniers temps, semblé être un poids, une injustice qu'il avait la malchance de devoir subir sans le moindre échappatoire au bout du tunnel. Aujourd'hui, il était plutôt content de pouvoir faire cela, de pouvoir passer inaperçu, de savoir que si on demandait après lui, personne ne serait capable de donner une description valable de cet homme qui était assis dans ce coin là. Il finissait par s'accommoder de ce qui l'avait suivit comme une ombre toute sa vie. Finalement, être un Invisible avait ses avantages. Ellias sourit pour lui même et finit par se faire au bruit de fond qui régnait dans l'établissement et à se glisser, en baissant le regard vers le bas et en s'appliquant à ne bousculer personne jusqu'à une petite table dans un coin discret qu'il avait finit par repérer en se tordant le cou pour se trouver une place parmi la montagne de têtes dressées.

Il commanda la Bierraubeurre qui lui faisait tant envie, dix minutes et six mornilles plus tard, Ellias pouvait enfin savourer sa boisson tranquillement. Il n'avait pas défait sa cape de voyage, mais dans un soucis de ne pas attirer l'attention sur lui, en avait rabaissé le col. Il avait bien fait de commander cela en fait, c'était un vrai plaisir de boire de la Bierraubeurre, et c'est qu'il n'avait jamais eu le temps - ni la force mentale - de prendre un billet de commande et l'envoyer par Hibou Express pour se faire livrer directement à la maison de délicieuses bouteilles de Bierraubeurre toutes les semaines. Ellias soupira, quand la situation serait revenue à la normale, il serait peut-être grand temps qu'il se décide à prendre le temps de faire un tas de choses, histoire de pouvoir dit que la flemmardise ne l'avait arrêté le jour où il reposera sur son lit de mort.

La porte de la tête du Sanglier s'ouvrit sur un groupe de jeunes étudiantes, un de plus. Un de plus, vraiment ? Ellias retourna la tête aussi vite qu'il l'avait fait par simple curiosité. Non, il n'avait pas rêvé, c'était bel et bien Sarah, la jeune dessinatrice qui était venu un beau jour à la galerie, il y avait de ça presque une éternité. Celle qui s'était effondrée sur son sol, parce qu'elle n'avait pas mangé et qui avait dévoré ses milkshakes comme si elle n'avait pas mangé depuis des mois. Ellias ne pouvait décemment pas lui faire signe, non, il ne pouvait pas attirer son attention au risque de l'attirer également sur lui-même. Il retourna la tête, bougon, et se pencha à nouveau sur son verre. Hors de question, il valait mieux qu'il se fasse tout petit, qu'il fasse comme s'il n'existait pas en attendant de la voir partir, il ne pouvait pas lui faire courir le moindre risque même s'il ne savait pas vraiment s'il était bel et bien en danger à l'instant même. Il avait été discret mais, rien ne pouvait être sûr.

Mais sa petite voix fluette s'éleva juste à côté de lui. Le jeune homme sursauta violemment, surpris sur le coup, recracha la gorgée qu'il était en train de boire et manqua de justesse de renverser le contenu de sa Bierraubeurre sur ses genoux. Ne prêtant pas attention au vieux tousseux qu'il avait l'air d'être, la miss lui planta deux baisers sur les joues avant de s'installer en face de lui. Il ne put s'empêcher de la saluer d'une voix faible :

• Ah … Bonjour Sarah

Il toussa encore un peu puis avec un regard inquiet au reste de la salle, il posa sa tête dans le creux de sa main, de façon à se placer de dos au reste de la salle, le visage caché en partie par ses mèches de cheveux et par sa main tout en parlant avec Sarah de manière à peu près audible.

• Je … je … Ça va oui, et toi ? Tu fais ta rentrée aujourd'hui, c'est ça ?

Il essayait de se rappeler si elle lui avait dit en quelle année elle était la dernière fois qu'ils s'étaient vu, mais sans succès, il aurait pu faire le calcul … à peu près, pour savoir combien de temps il lui restait encore à rester entre les murs de Poudlard University.

• Profite de ton année, lacha t-il de manière plutôt abrupte. Ça sera fini bien trop tôt, et tu pourrais regretter de tourner la page, ce sont de bonnes années.

Bien assez tôt, elle aurait des problèmes, en espérant bien sûr, qu'elle ne tombe pas dans des problèmes comme les siens.
Revenir en haut Aller en bas
Sarah Mickaels
● University ●
avatar

Nombre de messages : 96
Age du personnage : 20 ans
Habitation : Manoir familial Mickaels, Edimbourg
Occupation : Etudiante 3ème année - Moon Shadow
Signature : Fatal†Error
Avatar : SWEETNESSOFSIN
Date d'inscription : 31/03/2011
Coup de coeur : 12
Gallions : 5046

MessageSujet: Re: L'Illusion des Bienheureux. [PV Sarah]   Sam 15 Sep 2012 - 20:24

Décidément, je ne me reconnaissais plus. J'avais été bien impolie. Je n'avais même pas demandé à Ellias s'il attendait quelqu'un ... Au lieu de cela, je m'étais assise sans demander quoi que ce soit.
J'espérais du fond de mon cœur qu'il ne m'en tiendrait pas rigueur ... En parlant de cœur, ce dernier arrêtait de faire des siennes. Il avait décidé de se calmer, c'était plus bénéfique pour moi ! J'avais les joues rosies, à mettre sur le compte de l'alcool bien sûr ! Du moins en partie ... C'était aussi parce que j'avais revu Ellias ... Plusieurs fois je m'étais rendue à Londres, devant la Galerie Meyer, hésitante à rentrer. Le jeune homme avait dû m’apercevoir, je ne sais pas.
S'il en venait à me poser la question, je ne saurais que répondre. Je ne savais pas quoi en penser ...

Ni de sa personne.

Et là, je me retrouvais assise face à lui. J'y étais allée par pur instinct, en même temps, il m'avait manqué. Alors là, c'était vraiment n'importe quoi dans mon cerveau, alors que les jours précédents, je n'avais même pas osé pousser les portes de la Galerie ! C'était trop étrange ...
Mais Ellias quant à lui, n'avait pas l'air dans son assiette. Enfin, pas comme quand je l'avais vu la première fois. Plus distant. Plus froid. Mon cœur se serra dans ma poitrine, et je sentais les larmes me monter aux yeux. Vite, je plongeais mes lèvres dans la Biéraubeurre, pour détourner l'attention. De là où je me trouvais, je pouvais entendre les chuchotements des filles, et je savais pertinemment ce qu'elles étaient en train de se raconter. "Elle le connaît d'où ? C'est qui ce type ? D'où il sort ? Il n'a pas l'air très net ! Oh, il est mignon quand même !". Et j'en passe et des meilleures !
Je sentais leurs regards appuyés dans mon pauvre dos ... J'irais leur faire un regard incendiaire, quand je retournerais à leur table.

Non mais.


- Oui ! Je fais ma rentrée aujourd'hui ! Alors avec mon groupe d'amies, on a décidé de venir boire un verre avant de recommencer les cours ! Histoire de bien commencer la rentrée ! Répondis-je d'une voix qui se voulait enjouée. Mais voir Ellias ainsi, ne me plaisait pas du tout.

Que faire ? Que dire ? Peut-être qu'il attendait finalement quelqu'un et que je n'étais pas la bienvenue ? Il avait donné rendez-vous à une fille en fait ... Je détestais me mettre des idées pareilles en tête ! Mais c'était bien sûr celles-ci qui s'enracinaient dans mon esprit. Autant lui demander directement, car me connaissant, ça n'allait pas partir si facilement de ma tête !


- Ne t'inquiètes pas, je vais profiter au mieux de mes années restantes. Dis ... Je te dérange peut-être. Attends-tu quelqu'un ? T'es différent de la Galerie ... Es-tu sûr que ça va ?

Je lui laissais l'envie de me répondre. Je lui souriais un peu, avant de prendre l'une de ses mèches sombres pour la retirer de ses si beaux yeux.

- Désolée. Je n'aime pas ne pas voir ton beau regard. Dis-je avec un large sourire.

Il m'avait vraiment manqué. Trop manqué, pour que je puisse l'ignorer, finalement.


- Que fais-tu ici ? Si ce n'est pas indiscret ...

Revenir en haut Aller en bas
Ellias MacInerty
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 102
Age du personnage : 25
Habitation : Londres
Occupation : Médicomage / Galleriste à temps perdu
Signature : Tripin'Face
Avatar : Lennox
Date d'inscription : 21/01/2011
Coup de coeur : 0
Gallions : 5147

MessageSujet: Re: L'Illusion des Bienheureux. [PV Sarah]   Dim 16 Sep 2012 - 21:21

Ces derniers temps l'avaient changé, il ne pouvait pas le nier. Si au début il s'était voilé la face, en se disant qu'il pourrait continuer d'avoir une vie normale, même cachée pratiquement tout le temps dans des locaux de la résistance, de ne rien changer à ce qu'il avait toujours fait, à son cadre vie. S'il avait continué à se voiler la face en refusant d'admettre qu'il s'écoulerait des années voire une vie entière avant qu'il retrouve sa confortable petite vie normale et calme, voire trop, Ellias ne pouvait à présent plus le faire. Non seulement il avait finit par comprendre qu'il allait devoir frayer avec les conséquences de ces actes, avec les conséquences de son syndrome du super-héros mais il avait aussi finit par réaliser que lui aussi avait changé, dans son caractère, dans sa façon de vivre. Pas forcément dans le bon sens, il ne savait pas vraiment. Mais ce qu'il espérait, c'était de ne pas être trop grossier avec Sarah, ne pas l'être ou ne pas avoir l'air de l'être. Il l'aimait vraiment bien cette fille. Il n'avait pas envie d'attirer l'attention sur lui, sur eux et ne surtout pas la mettre en danger d'une manière ou d'une autre, indépendante ou non de sa volonté.

Il sentait qu'il avait blessé la jeune femme d'une manière ou d'une autre, même si elle essayait de le cacher, sa mine était chiffonnée, ce n'était qu'un détail mais Ellias avait apprit à remarquer tous les détails qui avaient l'air d'être insignifiants pour un regard non exercé mais qui pouvaient, peut-être bien, lui sauver la vie s'il avait le temps de les apercevoir et de les décoder correctement. S'il avait su qu'être résistant était aussi fatiguant et si contraignant à temps complet, nul doute qu'il serait resté chez lui à regarder la télévision le jour où il avait eu cette brillante idée. Le problème, c'est qu'il ne voyait pas comment il était censé faire pour lui remonter le moral d'une manière ou d'une autre, comment agir envers elle … tout en gardant à l'esprit que moins elle lui parlait, moins elle le voyait, mieux c'était pour elle et sa sécurité, même si elle était à l'abri à Poudlard, même s'il se disait parfois qu'il était peut-être un chouïa trop paranoïaque et que personne n'aurait jamais l'idée de venir le suivre lui. Il l'écouta donc, en baissant le nez vers Bierraubeurre. Il ne se retourna qu'une seule fois quand elle parla d'une bande amie pour effectivement voir une bande de fille assises à une table un peu plus loin, vaguement occupées à faire semblant de ne pas regarder dans leur direction. Le jeune homme esquissa un vague sourire en se rappelant une anecdote qu'elle lui avait raconté sur une de ses amies le jour où ils s'étaient rencontrés. L'héroïne devait être attablée avec les autres, mais ile aurait sûrement été bien incapable de dire de qui il s'agissait. Sans compter qu'il n'en avait pas vraiment le loisir.Il doutait que venir boire un verre avant la rentrée soit la meilleure idée qui pouvait être, mais il était très mal placé pour parler et ces filles là ne devaient boire que de la Bierraubeurre, ce qui n'était finalement pas non plus horrible comme boisson.

• Non ! Non, non, je n'attend personne, dit-il calmement en retournant les yeux vers son verre.

Voilà que ce qu'il craignait était bel et bien en train d'arriver. Pire encore, elle voyait ce qu'Ellias aurait voulut qu'elle ne voit pas. Peut-être qu'il aurait été préférable de ne pas la recroiser, qu'elle garde le souvenir du Ellias qu'elle avait rencontré à jour dans une galerie londonienne, celui qui passait facilement pour un héros sans avoir à en subir les conséquences. Il remonta les yeux pour regarder la jeune femme, elle n'avait pas trop changé, elle avait gardé son air innocent et naturel qu'elle avait déjà. Mais qu'est-ce qu'elle était perspicace …

• Et … oui ça va, merci.

Il ne pouvait pas insister, sinon elle aurait eu sûrement plus de soupçons qu'elle n'en avait déjà. Il ne pouvait pas laisser ça se faire, Sarah avait bon cœur, et la dernière fois, elle avait aussi prit la peine d'écouter ses récriminations sur les Di Angelo et avait eu l'air de vraiment prendre ses problèmes à cœur.

Soudain sa main se leva, se rapprochant de son visage, de ses yeux. Il la laissa faire, occupé à regarder le sourire qui ornait son visage, comme si ce simple geste avait une signification po… Non, il laissa dégager une mèche de cheveux de devant ses yeux puis attrapa sa main pour la reposer sur la table, avec peut-être un peu plus de brusquerie qu'il n'aurait voulut. Il retira sa main d'au dessus de celle de Sarah et se la passa dans les cheveux, les ébouriffant un peu plus en jetant, inquiets, des coups d'œil de chaque côté, s'attendant à tout instant à repérer un regard particulièrement insistant bloqué sur eux deux. Il se sentait nul.

• Merci, répéta t-il presque dans un souffle en laissant tomber sa main qui semblait le brûler sur sa cuisse. De nouveau perdu entre ce qu'il se devait de dire ou de faire.

• Je suis … Je suis juste de passage. Pour la journée. J'ai … des trucs à régler avec l'administration.

Belle tentative pour être le plus honnête possible en n'en disant que le stricte minimum … Il avait l'air encore plus désagréable encore. Ellias soupira profondément, dans une tentative de se décontracter et ouvrit la bouche pour ajouter quelque chose avant d'avaler une grande gorgée de Bierraubeurre à la place. Il reposa son verre en contemplant le fond entre deux regards à gauche et à droite discrets.

• Je … Et toi ? Ça va ? Tu as fait de nouveaux dessins ? Tu … Enfin … Des nouvelles.

Il méritait le prix d'éloquence de l'année.
Revenir en haut Aller en bas
Sarah Mickaels
● University ●
avatar

Nombre de messages : 96
Age du personnage : 20 ans
Habitation : Manoir familial Mickaels, Edimbourg
Occupation : Etudiante 3ème année - Moon Shadow
Signature : Fatal†Error
Avatar : SWEETNESSOFSIN
Date d'inscription : 31/03/2011
Coup de coeur : 12
Gallions : 5046

MessageSujet: Re: L'Illusion des Bienheureux. [PV Sarah]   Jeu 27 Sep 2012 - 0:05

Ouf ! Il n'attendait personne ! C'était un bon point pour moi ! Mais ce qui l'était moins, c'était sa distance envers moi ... Ellias me paraissait vraiment loin, inaccessible, inébranlable, et sans cœur. Ce n'était décidément pas celui entrevu à la Galerie Meyer. C'était un autre, plus "adulte", je dirais.
C'était là l'évident fossé entre nous deux, moi la pauvre étudiante à Moon Shadow qui va faire sa rentrée en deuxième année aujourd'hui et lui, celui qui travaille déjà et qui croule sous les responsabilités. Mais dans mon esprit et dans mon cœur, j'avais gardé l'image de l'Ellias souriant et jovial, et je refusais ce que je voyais maintenant !
Je le détestais.

Je n'aimais pas comment il était avec moi. Il tentait de me rassurer en disant que tout allait bien dans le meilleur des mondes, mais merci, je n'étais pas si naïve. J'avais remis une mèche de ses cheveux, et tout ceci agrémenté d'un large sourire de ma part. Mais j'étais vite refroidie, quand je sentis sa main reposer la mienne brusquement sur la table. J'écarquillais tout d'abord les yeux sous la surprise, puis la tristesse m'envahit. Sourde, lente, insidieuse.
Et surtout trop présente. Là, j'étais restée figée, ne sachant plus quoi dire ni quoi faire. J'étais bloquée. C'était comme si, je l'avais dégoûté. J'avais pris ce geste, comme l'évidence, que finalement ce n'était que des belles paroles lancées à la Galerie. Et que au final, je n'étais rien du tout.

Rien du tout, pour Lui.

Je n'écoutais plus ce qu'il me disait. J'hochais la tête hagarde. D'un trait je finis le restant de ma Biéraubeurre, consciente que je n'étais malheureusement pas à ma place et que je dérangeais. J'allais me lever de ma chaise, sans mot dire, quand je sentis une légère pression sur mes épaules. C'était Beth ! Je ne l'avais pas entendue arriver celle-là, trop occupée à regarder mon interlocuteur.
J'allais enfin répondre à la question d'Ellias qui me demandait si j'avais fait d'autres dessins, quand j'entendis la voix de crécelle de Beth, qui répondit à ma place :


- Sarah ! Ma belle ! Tu ne nous présentes pas ? C'est ton petit ami que nous avons là ?

...

C'en était trop. J'avais baissé le regard sur ma chope de Biéraubeurre, mes épaules se levaient et se baissaient au rythme de ma colère qui ne faisait que de grandir. Je me levais d'un coup sec, bousculant Beth au passage, et la regardant d'un regard noir que je n'avais nullement l'habitude de porter. Cela valait pour Lui, pour elles ! Pour tous ! J'allais exploser ! Moi la si douce Sarah, j'étais à bout.


- VOUS M’ÉNERVEZ TOUS ! TOUS ! AUTANT QUE VOUS ÊTES !

Je m'étais empressée de me diriger vers les toilettes de la Tête de Sanglier, la démarche saccadée et les poings serrées. Poussant la porte rapidement, je me laissais tomber contre le mur, les larmes s'écoulant enfin. Prostrée, je mis ma tête dans mes genoux que j'entourais de mes bras. J'avais envie qu'on me laisse tranquille. Qu'ils me laissent tranquille. Je n'entendais plus rien, de ce qui passait alentour, je restais enfermée dans mes pleurs.
C'était un mélange de tout, des vacances passées à consoler une mère inconsolable. Des souvenirs omniprésents d'un frère disparu qui me manquait tant, d'une amie qui avait eu des mots horribles à entendre. Et Lui, parce que ...
J'étais bien là, à relâcher tout. Quand au bout de quelques minutes, j'entendis toquer à la porte, tout ceci suivi d'une petite voix timide qui prit la parole :


- Sarah ? Excuse-moi si je t'ai froissée. Je ne le voulais en aucun cas ! Pardonne-moi ! Je peux entrer ?

- Va t-en. Dis-je d'une voix sourde. Dès que j'entendis les pas s'éloigner, je me relevais lentement pour me mettre face au miroir de ces fichus toilettes. J'avais les yeux bouffis et rougis, le nez tout aussi rouge, oh que le tableau que m'offrait mon reflet était resplendissant !

Et pendant ce temps Beth s'en était retournée vers la table d'Ellias, confuse et gênée.


- Peut-être devriez vous y aller ? Moi, j'ai tenté une approche, rien de bien transcendant. Vous y arriverez mieux non ? Enfin, je dis ça ... Je dis rien ...
Revenir en haut Aller en bas
Ellias MacInerty
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 102
Age du personnage : 25
Habitation : Londres
Occupation : Médicomage / Galleriste à temps perdu
Signature : Tripin'Face
Avatar : Lennox
Date d'inscription : 21/01/2011
Coup de coeur : 0
Gallions : 5147

MessageSujet: Re: L'Illusion des Bienheureux. [PV Sarah]   Mar 2 Oct 2012 - 23:50

Bon sang, mais qu'est-ce qu'il était en train de se passer exactement ? Même dans ses cauchemars les plus terribles, un tel déchainement d'opposition à ses plans n'arrivait pas, et pourtant, il avait était du genre à s'inquiéter pour rien et à toujours en rajouter des masses dans ses angoisses. Tout au long de sa vie, il avait eu le droit à un panel très créatif de cauchemars à la veille de grands événements comme des examens ou des rendez-vous importants. Mais là, c'était pire que tout ce qu'il aurait pu imaginer. À croire qu'il ne pouvait tout simplement pas sortir tout seul sans se faire remarquer quand justement il avait besoin de faire dans la discrétion. Alors qu'il avait été invisible tout le reste de sa vie. Et alors que bien sûr, l'inverse ne s'était jamais vérifié, au contraire, il était du genre à se faire oublier sur une terrasse de restaurant, ignoré des serveurs à mourir de faim tout seul entouré par des clients hilares. Toute sa vie s'était résumée à ça, alors que maintenant, par l'opération du saint Esprit, il se retrouvait entouré de tous les dangers à chaque heure du jour et de la nuit, tout ça parce qu'il avait fourré son nez là où il n'aurait justement pas du le mettre. Il était fatigué de cette vie, il ne la supportait pas et ce n'était certainement pas ce qu'il voulait pour lui alors encore moins pour Wesley ou Sarah, mais apparemment il devait s'y prendre comme un pied, comme d'habitude. Ellias la dévisagea en essayant de trouver un moyen pour essayer de faire passer la pilule, d'accord, il s'était peut-être mal comporté en attrapant sa main comme ça. Peut-être qu'elle faisait cette tête là tout simplement parce qu'elle ne comprenait pas la situation, et comment aurait-elle pu deviner que le jeune galeriste qu'elle avait rencontré la dernière fois s'était enfin changé en membre à peu près actif de la résistance - même s'il passait plus de temps à se cacher qu'à véritablement faire des choses.

Mais il y avait un peu plus que ça, il devait y avoir plus que ça, c'était la seule solution pour expliquer ce soudain froid qu'il sentait. Il avait remarqué le regard devenu lointain de la jeune fille, sa façon qu'elle eut de boire d'un trait sa boisson avec l'air d'être particulièrement mal à l'aise. Il baissa les yeux sur ses mains, sur son verre avec soudainement l'envie de faire pareil avec une boisson beaucoup plus forte que de la bierraubeurre. Mais pourquoi est-ce qu'il se retrouvait toujours dans de pareilles situations ? Franchement ? Qu'est-ce qu'il avait bien pu faire comme connerie pour irriter autant le responsable du karma ? Pourtant, au dernières nouvelles, il avait essayé au maximum de faire les choses bien, et de ne pas laisser son côté flemmard laisser tout pourrir comme il avait toujours eu l'habitude de le faire. Alors pourquoi maintenant ?

La situation ne semblait pas pouvoir empirer lorsqu'une fille de la table dont venait Sarah s'avança vers eux et posa une question des plus … étranges. Son petit copain ? Ellias se retourna vers Sarah pour l'interroger du regard. C'est ce qu'elle avait dit à ses amies ou est-ce que celle ci c'était simplement contenté d'en déduire des choses en les voyant assis à la même table pour discuter. Etrange, parce qu'il ne se voyait pas du tout comme tel … en plus, enfin même, il était nettement plus âgé qu'elle. De combien, ça il ne le savait pas, mais le fait était là, il était nettement plus âgé qu'elle. Jamais il n'avait pensé à ça, il … Non. C'était donc ça qui clochait, ce truc sur lequel il n'avait pas réussit à mettre le doigt un peu plus tôt dans la discussion. Du coup, ce n'était plus un Ellias renfrogné mais plutôt un Ellias sidéré qui regarda Sarah hurler avant de s'éloigner à grands pas vers les toilettes avec l'air d'être prête à assassiner la première chose qui lui tomberait sous la main. Est-ce que c'était la supposition qu'avait fait son amie qui l'avait mise dans une telle rage ou est-ce que c'était autre chose ? Alors là, il n'en avait aucune idée. Il resta plusieurs minutes à songer à cela en sirotant son verre, à retourner encore et encore la question dans sa tête en se demandant ce qu'il se devait de faire avec l'impression d'être de plus en plus idiot de ne pas trouver le courage d'y aller. Bon sang, il avait affronté tellement et il n'était même pas capable de gérer ça ? Pitoyable. Mais son amie revint.

• Pourquoi est-ce que je serais sensé y arriver mieux que vous ? C'est votre amie non ? Vous devez sûrement mieux la connaître que moi, non ? Qu'est-ce qu'elle a ?

Vu le regard que cette fille lui lança, ce n'était peut-être pas la réponse qu'elle voulait entendre. Et il sentait encore plus idiot d'avoir pu dire ça. Et encore, idiot était un mot très charitable qui ne reflétait pas du tout ce qu'il ressentait. Un peu comme de la honte d'être capable de sortir des choses pareilles. Ellias leva les yeux au ciel avant de faire le tour de la salle des yeux, à croire que son statut n'était pas près de le lâcher, ou en tout cas ce jour n'était pas encore arrivé. D'accord, après réflexion, il avait peut-être mal réagit avec la jeune fille, ce n'était pas volontaire, il devait être discret, mais peut-être que c'était un peu exagéré … D'accord. Il se devait d'agir. Ellias se releva, avala d'un trait le fond de son verre, renfila sa veste et se dirigea vers les toilettes, il toqua un petit coup discret en s'adossant à la porte.

• Sarah ? T'es là-dedans ? Est-ce que ça va ?

Relation avec autrui, zéro pointé. Eloquence, moins deux. Non seulement c'était nul, mais en plus c'était superbement mal exprimé, à la limite, si on écrivait un livre sur que faire dans ce genre de situation, Ellias serait justement parfait dans les choses qu'il ne fallait pas faire. Bien sur qu'elle n'allait pas bien, triple idiot qu'il était ! Sinon elle ne serait pas partie dans cet état de grande fureur, par Merlin c'était à se demander s'il prenait la peine de réfléchir avant de parler parfois. Peut-être que non.

• Je … Sarah, je suis désolé pour mon comportement mais j'ai … enfin je peux pas trop en parler, pour ta sécurité. Mais tu ne devrais pas être vue avec moi, je pensais que je n'allais tomber sur personne, et ainsi je n'aurais mis personne ne danger, mais j'ai mal regardé le planning. Comme d'habitude je m'arrange pour tout faire de travers. C'est ce que je … enfin. Désolé.

Il se pinça l'arrête du nez, il ne voulait pas qu'elle le plaigne, au contraire, il fallait qu'il arrête de se faire passer pour une victime une bonne fois pour toute et qu'il trouve enfin un bon livre qui expliquait ce qu'il fallait faire dans ces moments là. Pour le coup, ça serait vraiment un investissement utile.
Revenir en haut Aller en bas
Sarah Mickaels
● University ●
avatar

Nombre de messages : 96
Age du personnage : 20 ans
Habitation : Manoir familial Mickaels, Edimbourg
Occupation : Etudiante 3ème année - Moon Shadow
Signature : Fatal†Error
Avatar : SWEETNESSOFSIN
Date d'inscription : 31/03/2011
Coup de coeur : 12
Gallions : 5046

MessageSujet: Re: L'Illusion des Bienheureux. [PV Sarah]   Mer 3 Oct 2012 - 17:11

Quelle rentrée pourrie ! Surtout quelle journée pourrie ! Si je m'étais attendue à cela, je me serais portée malade ce jour-ci. La seule personne qui m'avait tant manquée pendant ces douloureuses vacances s'était avérée être un rustre quand je le revis.
Et le pire dans tout ceci, avait été l'intervention de Beth, qui déclencha ma fureur et ma retraite dans les toilettes de la Tête de Sanglier. Je l'ai dit, géniale journée en perspective. Je me retrouvais donc, seule, désabusée à contempler mon magnifique reflet bouffi par les larmes qui s'étaient taries.
Il m'avait manqué malgré tout, je ne pouvais le nier. Car ceci expliquait quand même la tristesse qui m'avait étreinte pendant tout notre échange verbal ... Je me passais la main dans les cheveux, pour me reconcentrer et me recentrer, ce geste m'apaisait toujours un peu.

J'avais éconduit Beth, qui je l'espère ne ferait pas de trolleries dans mon dos. Elle en avait déjà assez fait !

Et pour Ellias, que pensait-t-il de moi après ma magnifique saynète en direct live ? Je ne sais pas et je ne veux pas savoir. J'entendis des pas venir vers les toilettes, si c'était encore Beth, je réitérais mon choix de ne pas vouloir la voir ! Mais ce n'était pas elle, c'était Ellias. Mon cœur, se mit à battre la chamade, comme si je n'avais pas eu mon quota d'émotions pour aujourd'hui !
Je ne répondis pas à sa première question, j'écoutais juste ce qu'il avait à me dire. Ma sécurité ? C'était quoi ça ? C'était un agent secret sorcier ? Là, j'avoue, je ne comprenais rien à ce qu'il me disait. Mais je souriais parce qu'il s'excusait, non pas que je le souhaitais à tout prix, mais cela me faisait plaisir. Du coup, je me sentais un peu importante pour lui. Et ça, ça me convenait au final.
J'attendis qu'il finisse sa diatribe, pour enfin daigner lui ouvrir la porte. Me retrouvant face à lui, tout ce que j'avais pensé lui dire, ne sortit pas. Et ce cœur qui faisait encore des siennes ... Décidément, c'était atroce. J'avais tant de choses à lui dire, et tout ce que je trouvais à faire, c'était de rester plantée là telle une bécasse à attendre bêtement que quelque chose se passe ...

Super.

Je lui souriais néanmoins. Cela, je ne pouvais pas m'en empêcher. Ayant enfin retrouvé un peu mes esprits, Merlin merci, je pris l'une de ses mains et l'attirait dans les toilettes. Tout en fermant précautionneusement la porte, non mais.


- Je ... Enfin, c'est pas grave. Moi aussi, pardon pour la scène de toute à l'heure ... Dis-je d'une petite voix. Mais pourquoi m'excuser ? Ils m'avaient tous poussée à bout ! Je n'y pouvais rien. J'avais explosé, c'était tout. Mais avec la question de Beth, qui avait été tout de même le déclenchement de tout, Ellias devait peut-être s'en poser lui aussi, des questions ...

Que lui dire ? Pour ne pas paraître idiote devant lui. A la Galerie Meyer, j'avais eu la parole facile avec lui. Mais là, c'était dans un tout autre contexte, plus intimiste ... Et surtout, vu ce qu'il s'était passé, je m'étais rendue compte d'une chose et pas des moindres. C'est qu'il ne m'était pas indifférente. Et pire encore ...
Outch. J'étais perdue.


- Beth, est une idiote parfois. Je n'ai en aucun cas, énoncé le fait que tu étais mon petit ami ... Même si j'aurais bien aimé. Trouvons un autre sujet, avant que je ne perde tout mes moyens, et c'est bien parti là ... Pourquoi sa seule présence, fichait tout en l'air chez moi, qui d'habitude est si calme par nature ?

Purée. C'était bien ma veine ça. Je me repassais la main dans mes cheveux couleur de blé, en soupirant. Ellias était bien le seul garçon qui me faisait cet effet là ... Je crois que j'avais craqué le jour où j'étais allée à la Galerie, et les jours d'après, son absence c'était bien pire. Bon Sarah, ça fait bien dix minutes qu'il est là, et si tu trouves rien à lui dire, il va s'en aller comme il est arrivé ! Ce que je ne voulais en aucun cas ! Merlin non !
La seule chose que je voulais c'est qu'il me prenne dans ses bras, qu'il m'embrasse, que sais-je ? Qu'il fasse quelque chose, et que je me sente importante pour lui. Mais je pris les devants, comme ça, parce que j'en avais envie. Je pris l'une de ses mains dans la mienne avant de me blottir dans ses bras. Peut-être qu'il me repoussera, mais à cet instant je m'en fiche. Il n'est rien qu'à moi et j'en profite.


- Je peux encore rester un petit moment comme ça ? S'il te plait ...

Revenir en haut Aller en bas
Ellias MacInerty
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 102
Age du personnage : 25
Habitation : Londres
Occupation : Médicomage / Galleriste à temps perdu
Signature : Tripin'Face
Avatar : Lennox
Date d'inscription : 21/01/2011
Coup de coeur : 0
Gallions : 5147

MessageSujet: Re: L'Illusion des Bienheureux. [PV Sarah]   Dim 21 Oct 2012 - 19:53

Bon. Si on devait faire le bilan de sa journée, on ne pouvait pas vraiment dire qu'il puisse prétendre à une médaille, bien au contraire. La discrétion à laquelle il aspirait était passé à la trappe, il avait froissé une fille qu'il appréciait beaucoup et il ne voyait absolument pas comment s'y prendre pour rattraper le coup. Et son amie voulait en plus qu'il la tire des toilettes dans lesquelles elle s'était enfermée. Elle espérait qu'il fasse comment ? Qu'il tire sa baguette magique et force la porte ? Hahaha. Là, sa discrétion chérie n'était plus à la poubelle mais déjà recyclée en bouteille de Bierraubeurre. Mais qu'est-ce qu'il allait bien pouvoir faire pour rattraper le coup ? Parce que pour le moment, il ne voyait pas trop comment la situation aurait pu être pire. En fait, on avait rarement vu pire. Ellias se pinça l'arrête du nez avec un soupir, essayant de se rappeler s'il avait déjà vécu une situation à peut-être similaire avec sa sœur ou sa patronne et qui pourrait peut-être l'aider dans sa recherche de solution.

Mais la porte des toilettes s'ouvrit avant qu'Ellias n'ait eu suffisamment de temps pour vraiment se pencher sur la question de ce qu'il pouvait bien dire ensuite qui la fasse sortir de sa retraite … ou de prévoir le change et manqua de s'aplatir ventre contre terre sur le sol avec toute la grâce qui lui était propre. Pas de quoi faire un concours en somme. Oui, en très gros, c'est à dire pas beaucoup. Mais par un heureux coup du sort, il réussit à se rattraper in-extremis, grâce à la jeune fille qui le tira à l'intérieur. Il se laissa tirer à la suite de Sarah avec un petit regard coupable vers le reste de la salle en se demandant vaguement ce qu'allaient bien pouvoir penser le reste des clients en le voyant s'engouffrer ainsi dans les toilettes avec cette demoiselle blonde. Et lui qui voulait rester discret, on ne pouvait pas vraiment dire que ce soit une réussite, à tous les coups, il pouvait être sûr d'avoir attiré l'attention d'une partie de la clientèle déjà conséquente de la tête du Sanglier. « Bien joué, Ellias. Vraiment. Quand tu veux être discret, on ne peut pas dire que tu fasses dans la dentelle, pas vrai ? Même ton propre neveu à côté toi y arrive nettement mieux. ». Il était plus efficace quand il ne cherchait pas à être discret en fait.

Et puis ce n'était certainement pas ça qui allait détromper l'amie de Sarah sur la nature de leur relation. Ellias se retourna pour vérifier que la porte était bien fermée avant de reporter son regard gris sur Sarah. Il la dévisagea longuement, espérant trouver dans son visage une explication à sa réaction plus que vive. Si seulement les choses étaient aussi simple que ça, ça se saurait, il n'aurait d'ailleurs, sûrement pas eu tout ces problèmes avec la gente féminine. Et puis, voilà qu'elle se mettait à s'excuser … De quoi elle s'excusait ? Même si sa réaction était assez étrange, c'était plutôt à lui de s'excuser.

• Non, écoute Sarah, c'est moi qui suis désolé, je n'aurais pas du réagir comme ça. Et puis, pour ton amie, c'est pas grave, tu sais ?

Ellias n'était même pas sûr de pouvoir faire assez pour s'excuser de sa conduite, le problème, c'est qu'il ne la connaissait pas assez pour comprendre sa réaction et pouvoir lui promettre de ne jamais lui faire ressentir ça à nouveau. Il ne l'avait vu qu'une fois, et même s'il avait l'impression que cette fois là en valait des centaines, c'était dans ce genre de situations qu'on se rendait compte des lacunes qu'on pouvait avoir envers quelqu'un d'autre. Et se rendre compte d'à quel point on était complètement largué. Même s'il voulait ne voulait plus jamais voir cette situation se reproduire, il n'était absolument pas certain de pouvoir le faire. Ce qui était sûrement le pire dans toute cette histoire. Il l'aimait bien cette fille, vraiment. Voir qu'il l'avait blessé lui faisait se sentir vraiment minable.

Il soupira tristement en la prenant dans ses bras. Est-ce qu'elle pouvait rester là ? Est-ce qu'elle devait vraiment poser la question ? Si lui ramener un morceau de pierre de lune avait suffit à la remettre de bonne humeur et à l'excuser, il aurait déjà récupéré et enfourché son balais.

• Bien sûr Sarah.

Avec un pincement au cœur, il enroula ses bras autour du corps gracile de la jeune femme pour la serrer contre lui. Il posa sa joue un peu rêche contre sa tête. Il aurait pu rester là des heures. Mais rester dans les toilettes n'étaient peut-être pas la meilleure solution pour affronter les problèmes. Il releva la tête et retira un bras pour remonter le menton de Sarah vers lui.

• Je veux pas faire mon malin, mais je ne suis pas sûr de vouloir rester dans les toilettes. Je te propose de retourner dans la salle, je vais t'offrir une boisson et on pourra parler d'accord ?

Inspiré, il écarta une mèche blonde de son front pour y déposer un baiser avant de s'écarter et d'ouvrir la porte.

• Comme ça tu pourras me dire ce qui ne vas pas.
Revenir en haut Aller en bas
Sarah Mickaels
● University ●
avatar

Nombre de messages : 96
Age du personnage : 20 ans
Habitation : Manoir familial Mickaels, Edimbourg
Occupation : Etudiante 3ème année - Moon Shadow
Signature : Fatal†Error
Avatar : SWEETNESSOFSIN
Date d'inscription : 31/03/2011
Coup de coeur : 12
Gallions : 5046

MessageSujet: Re: L'Illusion des Bienheureux. [PV Sarah]   Mer 7 Nov 2012 - 21:11

Les évènements prenaient une autre tournure, et cette fois-ci, ça m'allait parfaitement. J'avais laissé entrer Ellias dans ma retraite, bien que je n'étais pas dans un super état. Les joues encore rougies par les pleurs et mes yeux qui l'étaient tout autant, j'étais ma foi, immonde à regarder.
Mais bizarrement, je m'en fichais ! Il était là avec moi, et ça c'était tout ce qui comptait désormais. Je m'étais excusée de ma démonstration de colère, bien que je ne le devrais pas. Mais bon, je me sentais ridicule après coup, et il avait du me prendre pour une folle ... Peut-être du moins.
Me retrouver face à lui était un calvaire pour moi, mon cœur battait à tout rompre et mes joues rosissaient ...

Ouille.

Il s'excusait. Je lui souriais. D'un large sourire qui en disait long. Je m'attardais sur les détails de son merveilleux visage et je me perdais dans son regard. Si je continuais comme cela, j'allais me sentir de plus en plus mal. Mais je m'étais permise de me blottir dans ses bras, ce qu'il ne refusa pas. Je restais un moment ainsi, il me rappelait l'étreinte fraternelle, quand je n'allais pas bien.
La seule chose qui me faisait du bien, quand j'avais des idées noires. Mais pour Ellias, c'était trop différent ... Car pour Lui ... Ce n'était pas le grand frère que je voyais, c'était tout autre chose. Et cette promiscuité n'arrangeait en rien mes états d'âme. Je sursautais légèrement quand je sentis sa joue rêche contre ma tête. Là je souriais encore, totalement apaisée. Et ce cœur, qui n'en finissait pas de se manifester ...
J'écoutais d'une oreille distraite ce qu'il me dit, trop attentionnée à me lover contre lui. Il me proposait de m'offrir une boisson, et pour ce faire, de sortir des toilettes. Il m'avait relevé le menton, et je pouvais à loisir le regarder. Aucun son, ne sortit encore de ma bouche ... Chouette.

Sortir des toilettes ? Ça, je n'en avais nullement envie.

J'aurais aimé y rester des heures, dans ces toilettes crasseuses de la Tête de Sanglier. Et avec Lui, en prime. Mais la bienséance, voulait qu'on en sorte pour ne pas qu'on jase sur nos personnes. Mais la bienséance, à ce moment précis, je m'en fichais royalement ! Ce qu'il fit par la suite, me figea sur place et toutes les questions que je me posais se heurtaient follement dans ma tête. Il me rendait folle, totalement folle. Heureusement qu'il n'a jamais vu mes carnets remplis de ses portraits, car il aurait trop vite compris ...
Son baiser sur mon front, était doux et avait un goût de trop peu. Bien trop peu. Quand je le vis se décaler pour ouvrir la porte, là, je me devais d'agir. Des larmes commençaient à poindre, mais je devais les refouler. C'était des larmes d'impuissance, car j'étais totalement perdue. Je bloquais d'une main ferme, la porte pour ne pas qu'Ellias ne sorte encore, et je baissais la tête, ma chevelure blonde cachant mon visage.


- Ne sors pas encore. Attends, un peu ... J'avais énoncé cela d'une toute petite voix à peine audible, ce qui ne me laissait pas beaucoup de temps pour entamer quoique ce soit. Cette fois-ci, je relevais la tête pour affronter son regard si beau et qui me mettait tant mal à l'aise, tant j'en étais éprise.

- Ellias ... Je ... Bravo Sarah. Il serait temps que je le dise, ce que j'avais sur mon petit cœur d'étudiante ! Par Merlin, que j'en avais marre d'être timide. Elles revenaient ces questions qui me hantaient ! Et si je lui disais, et qu'il ne partageait rien de mes sentiments ? S'il s'en fichait ? Je le comprendrais mais je ne pourrais l'accepter. Je me mordis les lèvres en proie à tout et n'importe quoi ... Oh et puis bouse alors !

Je me rapprochais de lui, un peu rougissante et tremblante. Mes lèvres en arrivaient presque à toucher les siennes, quand je lui avouais ce qui me perturbait tant, depuis un bon moment déjà ...


- Je t'aime. Avant qu'il ne me réponde, je capturais ses lèvres. C'était un baiser franc empreint d'une tendresse non feinte, et j'avais envie de lui démontrer cette sincérité qui parfois, me faisait tant défaut. Mes mains fines et blanches, contrastaient si bien dans sa chevelure de jais. Je n'avais pas envie d'y mettre fin, tant c'était bon.

Je décidais enfin de m'arrêter, encore sous le choc, de ce que je venais d'entreprendre. Et là, me cacher dans un trou de souris, ç'aurait été pile poil ...


- Je ... Pardon ... Non ... Tu ...

Ok Sarah. Tu repasseras.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'Illusion des Bienheureux. [PV Sarah]   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'Illusion des Bienheureux. [PV Sarah]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Elections US: Sarah Palin plus populaire que McCain
» Sarah Wild
» Qui ose troubler ma tranquillité ? {Pour Illusion}
» Sarah Eilanö
» Sarah Peverell

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Alternatif :: Poudlard University :: Les Extérieurs du château :: Parc et Forêt Interdite-
Sauter vers: