PortailPortail  AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
{ What is the date today ? }

N'oubliez pas que l'histoire du forum suit le cours des saisons que nous vivons IRL à J+2 ans.

NOUS SOMMES EN 2017

Donc faites attention à vos dates de naissances et autres dates dans la chronologie de vos personnages.

{ Forum réservé aux membres déjà inscrits }


Le forum n'est plus administré.
Nous n'acceptons plus de nouvelles inscriptions pour le moment.
Pour toute demande de gestion
ouvrez un sujet dans la section réservée aux invités et un membre vous répondra.

{ Invité }

Si tu as cinq minutes
Fais un petit tour du côté du clic

Top Site #1 Top Site #2 Top Site #3 Top Site #4

"Ayez la clic attitude !"


Partagez | 
 

 [Au Chaudron Baveur] A l'ombre de nos interrogations

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Elinor Redgrave
● Espionne ●

avatar

Nombre de messages : 228
Age du personnage : 24 ans
Habitation : Montpelier Street, Westminster, Londres
Occupation : Avocate/Apprentie diplomate
Signature : Moi
Avatar : Mélusine
Date d'inscription : 04/05/2007
Coup de coeur : 56
Gallions : 7801

MessageSujet: [Au Chaudron Baveur] A l'ombre de nos interrogations   Mar 26 Fév 2008 - 21:48

Aujourd'hui nous sommes le 18 février. Il fait un froid de canard, -3° au compteur, de la neige lourde vient heurter les vitres de ma chambre. Cette nuit, le thermomètre est descendu jusqu'à -18°. Ce temps me rend folle. Je descendis déjeuner les yeux pleins de sommeil. Noah dormait encore, j'étais apparemment la seule debout.
Twisty me servit mon thé sans un mot. Il savait très bien que lorsque j'ai l'esprit encore sous la couette, ça ne sert à rien de me parler...

A midi, la température était remontée 1°. Super... Bébé partirait au parc avec Hadrien faire un bonhomme de neige et moi, j'avais l'après-midi occupé pour sûr. J'avais rendez-vous. Avec Ecko. Au Chaudron Baveur. A première vue, ça peut sembler chouette. Quand ça ne fait pas peur.

Car elle angoissait. La jeune fille sortit emmitoufflée dans une grosse doudoune verte, un bonnet rose vissé sur la tête. Arrivée sur Diagon Alley, elle métamorphosa sa doudoune en cape sorcière tout ce qu'il y a de plus commun et se mit en route vers le Chaudron Baveur.

Le pub était surchauffé. Comme à son habitude, Eli était en avance. Elle balaya le pub du regard. Elle n'était pas là. Normal. Tom lui désigna une minuscule table dans le fond. Elle se déshabilla pour se retrouver en pull vert, mais garda quand même son bonnet.

- Un jus d'oeillet Tom s'il te plaît. commanda-t-elle au boss lorsque celui-ci pass près d'elle.

Il y avait tellement de choses qu'elle voulait demander à Ecko. L'empreinte qu'avait laissé son discours à la commémoration était forte. A tel point que ce pour quoi elle avait besoin de lui parler lui parut soudainement secondaire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [Au Chaudron Baveur] A l'ombre de nos interrogations   Lun 3 Mar 2008 - 20:13

Ecko s’était subitement mise à courir dans les rues de Londres. Nom d’une bouse à quatre pattes, comment arrivait-elle à être toujours en retard même quand elle partait dix minutes en avance ?

C’était la faute du métro. Un gars avait décidé de se jeter sur les rails et tout le monde dans ces cas-là pense à son rendez-vous qu’il va louper, au rentrage à la maison qui est retardé. On sort les portables, ça capte pas : "sacré nom d'une bouse, pourquoi ce mec a décidé de se tuer quand moi je prends le métro ?" se disent toutes ces têtes flasques à la pensée unique. On s’entérine impatient dans des pensées noires en songeant à son après qui s’en retrouve tout bousculé.

Mais Ecko, ça lui faisait de la peine. Elle pensait qu’à ce type qui avait rien trouvé d’autre pour alléger sa souffrance. Elle se disait qu’elle ne le croiserait jamais par hasard et que même si elle l’avait fait, comment elle aurait pu savoir qu’il souffrait. C’était quoi la différence entre un regard triste de quelqu’un qui veut mourir et un regard triste de tout le monde qu’est pas heureux ? Comment on les différencie les douleurs des gens qu’on ne connaît pas mais qu’on aimerait aider ? Où qu’elle soit, dans le monde ou ici, elle ne voyait que de la peine et de l’amertume. Ca la rendait malade de tristesse pourtant quand on la regardait, on ne voyait jamais cette tristesse. Elle faisait partie de ceux qui avaient toujours un regard insouciant. Une sorte de déformation physique à force de rire comme une folle avec ça fiente de sœur.

Il y avait que quand elle était en pleine réflexion que son visage changeait. Il devenait élastique comme une balle, rebondissait sur toutes les émotions qui la traversait. En sortant du Tube, son visage était en pleine réflexion. Comment changer les choses ? Cette question la taraudait où qu’elle aille.

Maintenant, elle était super en retard, elle s'était mise à courir en saluant dans le vide l’âme montant vers le ciel du monsieur qui n’avait pas su répondre à cette question et qui avait cessé de vouloir le faire : comment tout changer ?

Elle entra essoufflée dans le chaudron baveur avec son gros manteau de laine sous laquelle elle avait une très belle robe de sorcier noire qu’elle portait avec une écharpe jaune assortie à son petit bonnet. Elle chercha Elinor des yeux, la trouva, commanda vite fait une bieraubeurre à Tom quand elle lui passa devant, se dirigea vers son amie, se pencha vers elle et l’embrassa sur la joue avec plus de tendresse que nécessaire ce qui prêtait évidemment à confusion pour les quelques personnes qui les regardaient à ce moment là.


- Désolée du retard, je me suis mal dépatouillée, s’excusa-t-elle sans raconter l’anecdote du métro. T’es belle avec ton bonnet rose... faudra que j’arrête de te dire que t’es belle sinon tu vas plus te sentir.

Tom arriva, posa la boisson devant l’ex Pouffy, encaissa pour les deux boissons qu’Ecko prit en charge et s’éloigna.

- Dis-moi tout...
Revenir en haut Aller en bas
Elinor Redgrave
● Espionne ●

avatar

Nombre de messages : 228
Age du personnage : 24 ans
Habitation : Montpelier Street, Westminster, Londres
Occupation : Avocate/Apprentie diplomate
Signature : Moi
Avatar : Mélusine
Date d'inscription : 04/05/2007
Coup de coeur : 56
Gallions : 7801

MessageSujet: Re: [Au Chaudron Baveur] A l'ombre de nos interrogations   Mar 4 Mar 2008 - 0:52

Eli était perdue dans ses pensées qui flânaient dans les rues de Paris qu'elle tentait de s'imaginer. Son regard était vague et perturbé. Puis Tom arriva et lui servit sa boisson. Ce n'était pas ce qu'elle préférait, mais il y avait longtemps qu'elle n'en avait pas pris. Elle fit tourner le verre dans les doigts pendant quelques secondes.

Puis elle arriva dans la joie et la bonnne humeur.

La tête de quelques vieilles biques me plut énormément lorsqu'Ecko me dit bonjour. Quelques figures feignaient l'indifférence mais souhaitaient savoir en nous regardant en biais. D'autres étaient choquées. Je me plaisais à observer ces réactions là où elles m'auraient fait paniquer deux ou trois ans en arrière.

- Ne t'en fais pas.

Petit sourire accompagné de quelques couleurs.

- Tu n'es pas mal non plus avec ton bonnet jaune et ton écharpe assortie. Tu peux continuer à me dire que je suis belle. Mes chevilles n'enfleront pas, mais tu vas me donner envie de te (re)faire(?) la cour.

Le service de Tom l'interrompit sans qu'elle sache ce qu'elle allait aurait dit par la suite. Cet interlude n'était finalement pas pour lui déplaire.

- Merci, à charge de revanche.

Elle but une gorgée glacée avant d'enchaîner sur ce qui l'avait amenée à l'inviter ici.

- Très bien. Je ne sais pas trop par où commencer, ça risque d'être dans le désordre.
J'ai retrouvé la trace de mon frère, Mordred. Il est à Paris. Comme tu as passé quelques temps en france, j'ai pensé que tu pourrais me renseigner sur quelques points.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [Au Chaudron Baveur] A l'ombre de nos interrogations   Ven 7 Mar 2008 - 18:44

Ecko ne déviait pas son regard exagérément ondoyant d’Elinor, elle aimait à la dévisager exprès pour la mettre mal à l’aise ou pour faire celle qui n’écoutait pas sérieusement. Ca lui permit de faire s’écouler sans avoir besoin d’y répondre les remarques sur la séduction et le compliment retourné.

Elinor lui parla de son frère Mordred. Ah bon ? Il était à Paris lui ?
La communauté de sorciers anglais en France était petite et très discrète à Paris car là où il y avait des anglais, on présumait souvent que c’était des résistants et on n’avait pas tord. En effet, la France était moins protégée que l’Angleterre au niveau de ses frontières, et les résistants des autres pays étaient les seuls un peu timbrés qui osaient s’afficher dans la capitale gauloise dont le gouvernement (moldu et sorcier) commençait peu à peu à plier l’échine devant l’infiltration d’Antarès.


- Pas vu et pas entendu parler de ton frérot, mais tu sais là-bas, c’est pas joli, joli. Surtout à Paris. On sait pas à qui se confier et on utilise parfois des pseudonymes... peut-être que je le connais ou que j’en ai entendu parlé sous un autre noms... qu’est-ce qu’il faisait à Paris ?

Pas beaucoup de solutions sauf s’il avait perdu la tête. Il résistait, alors Ecko l’aurait connu, il était du côté d’Antarès, alors Ecko quitterait cette table, il était inconscient... c’était bizarre mais la jeune fille garda un visage décontracté, et elle but de sa boisson.
Revenir en haut Aller en bas
Elinor Redgrave
● Espionne ●

avatar

Nombre de messages : 228
Age du personnage : 24 ans
Habitation : Montpelier Street, Westminster, Londres
Occupation : Avocate/Apprentie diplomate
Signature : Moi
Avatar : Mélusine
Date d'inscription : 04/05/2007
Coup de coeur : 56
Gallions : 7801

MessageSujet: Re: [Au Chaudron Baveur] A l'ombre de nos interrogations   Sam 8 Mar 2008 - 15:32

Pas entendu parler.

Voilà qui s'annonçait mal pour la jeune fille qui aurait pourtant dû se douter que la France était un pays peuplé de soixante(deux millions d'habitants et qu'une sorcière, aussi avenante soit-elle, ne pouvait pas connaître la totalité de population sorcière anglaise qui y vivait. Nous entrions là dans des statistiques assez tordues et ardues...

- En fait, j'ai passé une grande partie de mes économies à payer une sorte de détective pour qu'il retrouve sa trace. L'homme en question m'a rapporté que Mordred travaille pour le gouvernement sorcier français et qu'il habite 4 Rue Montpensier, dans le 1er arrondissement de Paris. Je ne sais pas pourquoi il travaillerait là-bas n'y par quel miracle, puisqu'il n'est pas français. Peut-être a-t-il changé de nom pour celui de mes grands-parents maternels: Cornfall?

De sa poche, elle sortit une photo de son frère et une de la façade son immeuble.



Son regard s'assombrit. Devant Ecko ou quelques autres rares personnes, Elinor n'aimait pas déguiser ses émotions et les laissaient au contraire s'épanouir sur son visage.

- Depuis qu'ils ont été incarcérés à Azkaban pour le meurtre de ma mère, j'ai envie de faire sa connaissance. Je sais que ce sont eux qui l'avaient enlevé à mes parents et qui l'ont élevé.

C'était fou, insensé même. Mais pour le savoir, il fallait y aller. Et pour y aller ou seulement prendre cette décision, il fallait surtout savoir ce qui se passait en France et surtout à Paris en ce moment. Et la meilleure personne pour me parler de ça, c'était Ecko.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [Au Chaudron Baveur] A l'ombre de nos interrogations   Mar 18 Mar 2008 - 19:51

Elinor lui montra une photo. Le visage ne lui disait rien. La jeune fille se sentit à présent terriblement mal à l’aise. En d’autres cas, elle aurait pris la photo pour la montrer à Enki qui s’occupait de la Résistance en haut grade avec Merwick depuis qu’Abbercomby avait été éliminé par Antarès. Ils avaient des fichiers que même elle n’avait pas le droit de consulter, tout l’archivage concernait les sorciers britanniques expatrié à l’étranger. Ca permettait d’avoir un contrôle sur leurs occupations. Pour ce qui la concernait Ecko connaissait pratiquement tout le gratin parisien et elle n’avait jamais entendu parler d’un Redgrave ou d’un Cornfall. Ce qui n’était pas bon signe car ceux qu’on ne connaissait pas étaient généralement à l’ennemi ou dans de sacrés ennuis.

Pour le cas présent, Ecko ne pouvait pas prendre la photo et dire je me renseignerais sinon Elinor poserait des questions, or personne ne devait avoir qu’elle avait intégré la Résistance. Pour ne pas le griller, elle ne pouvait pas non plus lui dire « bah demande à Sacha ! », car de Lansley était lui aussi en couverture attaché à deux missions concernant la France. L’une d’elle avait failli lui coûter la vie, aujourd’hui Noah n’aurait plus de père si Sacha n’était pas doté d’une force magique démente.

Que répondrE ? Quoi faire ? La situation était délicate et le silence d’Ecko ne pouvait pas s’éternisait plus longtemps.

Elle mémorisa la photo pour la reproduire en autoportrait quand elle serait seule. Ensuite, elle la donnerait à Merwick ou Youhsenko.

La jeune fille sourit et retira son bonnet pour mélanger sa tignasse en souriant.


- En France, ça craint assez pour te dire que personne n’est ce qu’il parait. Si tu connais son adresse, je ne comprends pas pourquoi tu ne lui écris pas ? Je te déconseille d’aller à Paris toute seule. Seul le sud de la France est encore sûr. la France est dirigée par un homme bien, un sorcier nommé Albert Aerilith, il travaille avec le Président moldu en faisant son mieux pour adoucir l'inquiétude des moldus au sujet de la présence des sorciers. Grâce à lui, Paris tient encore debout et ils ont un double gouvernement, ce qui est une première. Mais tous les jours on craint un attentat contre lui. Si ton frère travaille pour le gouvernement et que je ne le connais pas, il est possible qu’il soit rattaché à la sécurité du Ministre... Tant que tu n’as rien à voir avec la Résistance, tu peux encore y aller, mais tu risques d’être arrêtée tous les trois mètres pour des contrôles d’identité.

Ecko but un peu de sa boisson puis reprit:


- L’équivalent de notre Chemin de Traverse c’est le Boulevard du Souffle. On y accède par le souterrain d’une église qui s’appelle St Eustache. Sur le Boulevard du Souffle, il y a au numéro 1895 une boutique qui s’appelle Chez Tâche. C’est un bistro. Le proprio connaît toutes les têtes de Paname. Tâche est surveillé 24 heures sur 24 par le Ministère car il est très précieux. Si tu arrives à contacter Tâche et à lui envoyer une photo, il te dira où se trouve ton frère. S’il ne sait pas, c’est que ton frère n’est pas en France.
Revenir en haut Aller en bas
Elinor Redgrave
● Espionne ●

avatar

Nombre de messages : 228
Age du personnage : 24 ans
Habitation : Montpelier Street, Westminster, Londres
Occupation : Avocate/Apprentie diplomate
Signature : Moi
Avatar : Mélusine
Date d'inscription : 04/05/2007
Coup de coeur : 56
Gallions : 7801

MessageSujet: Re: [Au Chaudron Baveur] A l'ombre de nos interrogations   Jeu 20 Mar 2008 - 22:30

Punaise, ça en faisait des informations à retenir. A la fin du monologue d'Ecko, Eli sortir d'une poche de sa cape un petit calepin et un stylo bille. Elle se gratta le menton et essaya de reprendre dans l'ordre les infos que lui avait donné son amie.

Boulevard du Souffle... passage sous l'Eglise Sainte-Moustache? ( ça doit pas être ça... Humpf ). Je vais pas le lui redemander, ça ferait vraiment tâche ça... Bon remballe ton humour à deux balles ma fille.

La bille continuait à glisser sur le papier dans une écriture assez serrée.

... Monsieur Tâche... Surveillé... n°1895.

Elle remballa ses petites affaires dans sa poche et se mit à sourire. Elle avait bien entendu pris soin d'oublier le "Je te déconseille d'aller à Paris toute seule." Son gratouillage sur feuille avait parlé sur ses intentions.

Enfin quelqu'un lui avait donné des infos gratuites et utilisables sans souci.
Il était évident qu'elle allait se rendre à Paris. Ce serait dangereux d'après Ecko? Ok. Elle prendrait le risque en connaissance de cause. Il y avait des choses qu'il fallait apprendre à faire seul, à commencer par savoir prendre une décision. En l'occurence sa face égoïste Serpentardienne reprit le dessus. Elle avait tout mené de front seule concernant l'affaire de ses grands-parents depuis le début, il fallait qu'elle continue. Il n'y avait pas de raison qu'il lui arrive quelque chose si elle était prudente, et elle était plutôt connue pour sa sagesse.

Son jus d'oeillet avait réchauffé, elle le vida d'une traite et se décida enfin à parler.

- Merci pour ces informations.
Alors à part ça, quoi de neuf depuis ton retour?

Il y avait des choses qu'elle avait envie de lui demander, mais elle ne s'en sentait pas le droit. Le temps se charge souvent d'intimider les relations.

Tu as réussi ton retour à la vie anglaise?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Au Chaudron Baveur] A l'ombre de nos interrogations   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Au Chaudron Baveur] A l'ombre de nos interrogations
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chaudron Baveur (Auberge)
» Petite pause au Chaudron Baveur.
» Chaudron Baveur [PV Aaron]
» EVENT * Scènes de ménage [pv Lindsay]
» L'ombre furtive est là, mais vous ne la voyez pas...[En attente d'autres validations]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Alternatif :: Les Pays Unis de la Résistance :: Londres ● Capitale des PURs :: Commerces & Administrations-
Sauter vers: