PortailPortail  AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
{ What is the date today ? }

N'oubliez pas que l'histoire du forum suit le cours des saisons que nous vivons IRL à J+2 ans.

NOUS SOMMES EN 2017

Donc faites attention à vos dates de naissances et autres dates dans la chronologie de vos personnages.

{ Forum réservé aux membres déjà inscrits }


Le forum n'est plus administré.
Nous n'acceptons plus de nouvelles inscriptions pour le moment.
Pour toute demande de gestion
ouvrez un sujet dans la section réservée aux invités et un membre vous répondra.

{ Invité }

Si tu as cinq minutes
Fais un petit tour du côté du clic

Top Site #1 Top Site #2 Top Site #3 Top Site #4

"Ayez la clic attitude !"


Partagez | 
 

 Translation

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Mélusine McEwan
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 1085
Age du personnage : 25 ans
Occupation : Colonel Moutarde
Avatar : Etc
Date d'inscription : 04/05/2007
Coup de coeur : 187
Gallions : 8519

MessageSujet: Translation   Mar 26 Avr 2011 - 21:45

L.S.
Nous avons eu connaissance de votre présence à Ottawa.
Prière de vous rendre à la Basilique-Cathédrale Notre-Dame à 11h32 précise.
Nom de code: Elgin.


Après ça, comment ne pas virer parano?
Mélusine avait fait un saut à Ottawa le temps de célébrer le premier janvier comme il se devait. S'était retrouvée coincée sur place après avoir été désartibulée. Et s'apprêtait à rentrer dans sa chère Ecosse comme si de rien n'était après deux jours incognito sur le territoire canadien. N'eut été le mot de passe délivré en fin de message, elle se serait réellement mise à flipper et aurait pris ses clics et ses clacs sans demander son reste. Qui était ce "nous"? Et comment étaient-ils au courant? Elle n'était sortie que quelques fois pour prendre l'air, restant calfeutrée dans la tiédeur de l'appartement de celle qui l'avait recueillie. L'hiver canadien n'avait rien de comparable aux températures presque douces de l'île anglo-saxonne. Oh, certes, en Ecosse, en particulier au beau milieu des Highlands, mieux valait avoir le cœur bien accroché et une bonne doudoune anti-froid. Mais leurs voisins d'outre-atlantique les battaient les doigts dans le nez, question "je me les gèle".
Enfin, là n'était pas la question.

'N'empêche... Comment ils ont fait pour savoir?'

La Résistance avait des yeux et des oreilles partout. Voilà l'explication. Et en plein territoire coopérant, c'était peut-être un soulagement de savoir que même la venue d'une rousse écossaise ne leur échappait pas. Parce que c'était bien la Résistance qui l'avait contactée, pas vrai? Sinon, elle allait se faire prendre dans un guet-apens plus gros qu'elle et elle aurait toute la latitude, une fois dans les mains de l'Opposition, ou de qui que ce soit dont elle avait retenu l'attention (une faction anti-citrouille?), de se fustiger pour sa curiosité irrépressible.

De tout façon, bref coup d' œil à sa montre, seize heures moins cinq plus trente minutes... oui, voilà, elle avait à peine une demi-heure pour se décider et se rendre au lieu-dit, dont elle ignorait le positionnement exact.
A prendre ou à laisser.
A prendre. Evidemment.
La question ne s'était jamais vraiment posée.
Parce que s'il s'agissait bel et bien d'un piège, ceux qui le lui avaient tendu s'étaient vraiment bien renseignés. Et, hum... comment dire?

'Ca flatte ton orgueil?'

Quelque chose comme ça.

'Ton orgueil va être vachement flatté si tu te fais attraper...'

Au diable! Il fallait savoir vivre dangereusement!

'La vie est trop courte pour être petite.'

On ne vivait qu'une fois. Et encore !

'Bon... On y va?'


Et ce fut ainsi que Mélusine se retrouva à errer dans les rues d'Ottawa, se fiant à son extraordinaire sens de l'orientation qui voulait qu'elle ne se perdre que lorsqu'elle le voulait vraiment. Le reste du temps, il s'agissait juste de brefs moments d'égarement à tendance touristique, nés de son goût et de sa curiosité pour l'inconnu. Elle savait toujours exactement où elle était. C'est-à-dire, quelque part.

Le très grand avantage des cathédrales, c'était que, un, on les repérait souvent de loin, les moldus y ayant placé de grandes flèches pour chatouiller les nuages. Sans compter que, deux, les touristes y effectuaient des sortes de pèlerinage. De grands panneaux indiquaient la marche à suivre. En conclusion, la Basilique Cathédrale Notre-Dame, c'était au fond, à droite, oui, encore un peu sur la droite. Non, pas par là. Là, c'était le Major Hill's Park. Par là non plus. Trop au fond, c'était la National Gallery of Canada.

Voilàààààààààààààààà! C'était ici.
Et c'était fermé.

Opening Days
Saturdays ( 9am to noon)
Sundays (1.30pm to 4pm)


Forcément Rolling Eyes .
Il était 11:30, heure locale, et Mélusine était toute seule devant une grande bâtisse étrange, faite de pierres oscillant entre le gris clair et le blanc. Plutôt sympa, en l’occurrence. Enfin, quand on aimait être mise à la porte.
Il en fallait plus pour la laisser cloîtrée à l'extérieur. Un solide
Alohomora et la petite porte, qu'elle avait découvert dans le fond, en exécutant un rapide état des lieux, lui ouvrit grand les gonds. La jeune femme se faufila à l'intérieur en prenant bien soin de fermer derrière elle. Sans verrouiller. Elle ne savait pas à quelle vitesse elle aurait besoin de sortir.
L'intérieur du bâtiment était bien plus magnifique et baignait d'une aura paisible, quoiqu'un peu trop calme à son goût. C'était lumineux et coloré. Elle songea qu'il s'agissait là d'un bel endroit pour prendre un peu de repos et faire le vide dans sa tête. Un autre jour, peut-être.
11:31 et un rapide sortilège lui apprit qu'elle était la seule présence humaine dans le vaste espace de la cathédrale. Baguette pointée devant elle et oreilles aux aguets, elle effectua un rapide tour du propriétaire.
11:32 et un craquement se fit entendre.


"Msieur Amir?"

C'était le seul contact qu'elle ait dans la Résistance Canadienne.
Au moins, elle avait signalé sa présence. Pour le meilleur. Ou pour le pire.
Let's discover!

Deux silhouettes se détachèrent de l'ombre.


- Mademoiselle Lucy., répondit Amir Houassasse, avec un sourire qui flottait au fond des yeux, alors qu'il reprenait son tic de langage. Permettez-moi de vos présenter Monsieur Kyle.




« When I went to school, they asked me what I wanted to be when I grew up.
I wrote down ‘happy’.
They told me I didn’t understand the assignment,
And I told them they didn’t understand life. »
John Lennon


Dernière édition par Mélusine McEwan le Jeu 2 Juin 2011 - 21:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kyle Young
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 47
Age du personnage : 22 ans
Habitation : Variable
Occupation : Apprenti Shaman
Signature : Jugette
Avatar : Jugette
Date d'inscription : 21/04/2011
Coup de coeur : 9
Gallions : 4820

MessageSujet: Re: Translation   Mer 27 Avr 2011 - 2:05

DR-DR-DR-DR-DR-DR...dzdzzdzzz-zz

C'était, vers 7h, le bruit d'un cadran qu'on attaquait à grand coup de sortilège de mutisme et qui continuait de vibrer sur la table de chevet d'un sorcier autochtone.

-Par tous les Sasquatchs, quelle...

C'étaient les premiers mots d'un sorcier autochtone qui, la baguette dans une main, éteignait son réveil-matin de l'autre et plongeait la tête dans son oreiller comme s'il cherchait à s'y étouffer.

La veille, il avait enfin reçu la réponse qu'il attendait depuis des semaines. À deux reprises, il avait voulu partir sans elle, mais on lui avait justement fait remarquer qu'il valait mieux se montrer patient, surtout qu'il n'avait aucune idée d'où il devait aller précisément.

Il tourna sur le dos, effectua une rotation du bassin et plia les genoux pour déposer simultanément les deux pieds au sol (il ne se souvenait jamais lequel portait chance et confondait, de toute manière, sa gauche et sa droite...). Un râle plus tard, il piétinait le trajet qui le mènenait à la douche.

Une simple effraie, c'était tout ce que les hautes instances de la résistances canadiennes pouvaient se permettre? Découragé par son pays, Kyle détacha le mot et le lut. Il devait se présenter à 11h26 sans fautes, heure locale, à la Basilique-Cathédrale Notre-Dame d'Ottawa en empruntant le réseau national des cheminettes.

Les cheveux toujours humides, il enfila un polo pas trop usé et une paire de jeans, puis sa plus belle robe de sorcier (qui n'avait jamais connu de cours de potions), avant de se diriger vers la cuisine.

La cheminée ne serait connectée au réseau que pour un très court intervalle de temps. Voilà qui ne mettait pas de pression du tout. Kyle avait vérifié qu'il restait suffisamment de poudre de cheminette pour faire le voyage sans problème. Ça aurait bien été le comble s'il avait dû s'en procurer dans un si court délai!

Le jeune métis mangea léger. On lui avait rabattu les oreilles bien assez souvent pour qu'il sache que les voyages sur de très longues distances étaient particulièrement pénibles. Sans oublier que la nausée augmentait en corrélation avec la distance et la durée du trajet. Une banane et un bol de céréales feraient l'affaire.

Une fois la lettre lue et relue, le canadien fit un rapide calcul mental. Avec trois heures de décalage horaire, et en tenant compte de la durée du trajet, il devrait partir à 8h23 de chez lui.

Il était 8h19, tous ses bagages étaient à ses pieds, devant le foyer. Il avait salué sa famille la veille, pour ne pas les déranger ce matin, mais ses parents se levèrent quand même pour lui souhaiter un bon voyage. Même si il ne l'avouerait pas, ça le réconfortait. Oliver, le père de Kyle, jeta un sortilège de réduction aux affaires de son fils, qui le remercia et les prit avec lui.

Le jeune homme regarda le pendule au-dessus du foyer, jeta de la poudre dans les flammes qui virèrent au vert et avança dans le feu.

Trois minutes plus tard, il atterrit en posant un genou par terre, portant instinctivement sa main libre à sa baguette. Quelqu'un vint le trouver, lui offrit un peu d'eau à boire. On laissa à Kyle le temps de reprendre ses esprits. Du moins, on lui laissa précisément deux minutes, puis Amir Houassasse lui tendit la main en se présentant. D'un coup de baguette, il éteignit le feu derrière Kyle, puis somma celui-ci de le suivre.

- Votre liaison est déjà arrivée. Donnez-moi la main, ce sera plus rapide en transplanant.

Il indiqua un endroit au plafond, précisa l'épaisseur de celui-ci et pria Kyle de bien effectuer un transplanage d'escorte avec lui, qui était moldu.

"Msieur Amir?" fit une voix de femme, jeune, avec un drôle d'accent. Un accent des îles britanniques, à coup sûr.

Sans trop savoir pourquoi, voilà que Kyle angoissait. Il se sentait à la fois anxieux face à la situation. Et si il ne s'agissait pas réellement de la lettre qu'il avait attendu? Et si c'était un piège? À mesure que son esprit reprenait le dessus, les hypothèses se multipliaient.

- Mademoiselle Lucy. Permettez-moi de vous présenter Monsieur Kyle.

Légèrement farouche, l'amérindien s'avança jusqu'à la hauteur de la rouquine et lui tendit la main.

-Bonjour L... Mademoiselle Lucy, et enchanté.

Il se retourna un instant vers Amir, vérifiant en même temps s'il ressemblait au portrait qu'on lui avait dressé de l'homme, avant de reprendre, du ton le plus formel qu'il parvenait à avoir.
-Vous êtes ma liaison, alors? On n'a pas eu le temps de m'informer de tous les détails, encore. Quel sera mon lieu de transfert?

Une lueur d'excitation brilla dans ses yeux, à l'idée qu'il serait envoyé dans la mère patrie. Il n'avait même pas songé que, nulle part, on le luit avait réellement confirmé.
Revenir en haut Aller en bas
Mélusine McEwan
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 1085
Age du personnage : 25 ans
Occupation : Colonel Moutarde
Avatar : Etc
Date d'inscription : 04/05/2007
Coup de coeur : 187
Gallions : 8519

MessageSujet: Re: Translation   Sam 7 Mai 2011 - 22:14

Ca avait été plus fort qu'elle: elle avait littéralement broyé la main de Monsieur Kyle. S'il fallait toujours faire une première bonne impression, Mélusine, elle, aimait que cette impression soit forte, dans tous les sens du terme. D'aucuns se faisaient une idée d'autrui dès le premier contact, auquel cas, elle les renseignait tout de suite: elle n'était pas du genre à se faire marcher sur les pieds. Au Canadien qui paraissait légèrement sur la défensive, elle aurait pu dire que ça n'avait rien de personnel mais elle avait comme dans l'idée que ça casserait un peu son petit effet. Et puis, on jaugeait souvent les gens sur cette première poignée de main alors ledit Kyle n'avait qu'à considérer ça comme un test de personnalité... dont il ne se tira pas si mal. Pas de grimace. La jeune femme eut même l'impression qu'il raffermissait sa poigne pour ne pas etre en reste. Ca, elle aimait.

Euh... deux secondes...

'Ton oreille a des accouphènes ou bien j'ai entendu le mot "liaison"?'

Hum... Accouquoi?

'Laisse tomber...

C'était quoi cette histoire de liaison?
Coup d'œil à Amir Houassasse qui était le seul à avoir l'air de maîtriser la situation.
Coup d'oreille à Kyle Machin qui glissa un indice en fin de phrase.
Génial! Le jeu des devinettes! Elle trouvait la bonne réponse et une petite voix désincarnée annoncerait Mélusine McEwan gagne Un Niveau? Mouais. Pas très convaincante, cette explication. Quand on posait des questions, on avait l'air stupide pendant deux minutes. Si on ne les posait pas, on était stupide toute sa vie. Peut-être, mais personne n'était au courant.


"Tss tss J'ai pas de liaison, moi.", le détrompa-t-elle, avant de percuter qu'il s'agissait peut-être d'un de ces mots bizarres qui, en changeant de nationalité, changeait de sens.

'C'est toi qui es troll! Même chez toi, liaison, ça veut dire contact.'

Peut-être, mais le terme était pas beau.
Amir le Big Boss intervint, sans faire grand cas de la précédente sortie de Mélusine.


- C'est exact, soldat Young. Lucy Stonemarten sera votre... contact pour votre transfert à Edimbourg.

Le Canadien regarda négligemment sa montre et Mélusine n'aurait pas été surprise de l'entendre prendre congé d'un « C'est pas tout les enfants, mais on m'attend ailleurs. ». Mais il se contenta de hausser un sourcil poli avant de poursuivre:

- Vous serez muté en Ecosse dans le courant du mois de janvier. Mais j'avais pensé qu'une première rencontre pourrait être...

Salutaire?

- Souhaitable.

Pourquoi il la regardait, elle, avec ce sourire amusé?

- Je vous laisse faire connaissance. Je suis certain que Lucy se fera un plaisir de répondre à toutes vos questions. En cas de nécessité, vous savez où me trouvez.

On aurait pu s'attendre à ce que le chef de la résistance locale face une sortie grandiose mais il se contenta de s'éclipser par la petite porte, cette même petite porte que Mélusine avait laissée déverrouillée. Le silence qui suivit son départ était rempli de surprise... et de questions. Qu'est-ce que c'était que cette histoire? D'où est-ce qu'elle devenait, d'un coup d'un seul, le contact d'un militant canadien? Elle avait loupé une étape? Un hibou? Ca n'était pas possible...! Elle n'avait quand même pas tout simplement ou-bli-é! Mais on ne pouvait pas non plus avoir omis de la tenir au courant... Donc, des options, sa mémoire en passoire était la meilleure excuse.
Humph. Faisons comme si de rien n'était.


"Mouais. Alors, disons que je serais ta marraine, en quelque sorte et tout devrait aller."

Bon. Ca, c'était fait.
Mais n'y avait-il pas un protocole à suivre? Un quelque chose à dire? Une formalité?
Sourcils froncés. Doute soudain.


"T'es bien un Résistant, pas vrai?"

'Wow! Sûr! Si c'est un vilain, il va griller sa couverture pour tes beaux yeux, juste parce que tu lui as posé la question...'

Bah... ça se faisait pas de lever la baguette sur un collègue!
Bon. Si. Ca se faisait. Ok.
Action. Baguette pointée sur Monsieur Kyle Soldat Young.
Petit sourire pincé à la sauce "je m'excuse".
Mais aussi, c'était un peu bizarre, tout ça.
Et malgré tout le respect qu'elle lui devait, elle avait toujours trouvé Amir Houassasse un peu naïf sur les bords. Pas certaine de pouvoir se fier à son seul jugement.


Merci d'avoir corrigé!!!




« When I went to school, they asked me what I wanted to be when I grew up.
I wrote down ‘happy’.
They told me I didn’t understand the assignment,
And I told them they didn’t understand life. »
John Lennon
Revenir en haut Aller en bas
Kyle Young
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 47
Age du personnage : 22 ans
Habitation : Variable
Occupation : Apprenti Shaman
Signature : Jugette
Avatar : Jugette
Date d'inscription : 21/04/2011
Coup de coeur : 9
Gallions : 4820

MessageSujet: Re: Translation   Mer 25 Mai 2011 - 3:17

-Au revoir, eh! fit Kyle, en direction d'Amir qui prenait la porte, le verbe accompagné d'un signe de la main. Typiquement canadien, diraient les états-uniens. Mais eux, il s'en tapait comme de l'an trente.

Très attentif, Kyle avait sourit à la blague de Lucy. C'était bien une blague, non? Au pire, il aurait simplement l'air complaisant, tant pis pour elle! Il avait hoché de la tête pour acquiescer aux bonnes paroles et aux conseils de son chef de la résistance. Il avait froncé les sourcils à l'hésitation d'Amir, qui donnait un sens bien différent au mot qui suivit. Quoi qu'il ait voulu dire, quoi qu'il aurait dit, Kyle avait l'impression que le chef croyait que l'un de Lucy et Kyle était assez... particulier pour valoir une rencontre préalable. Et comme il ne se considérait pas comme particulier ou distinct (il avait l'air d'une frog?), c'était forcément Lucy qui l'était. D'ailleurs, en y regardant de plus près, il s'était bien dit qu'il y avait quelque chose dans son regard... ou était-ce sa posture? Ou encore sa silhouette télégraphique... ou un peu de tout cela. Il avait écarquillé les yeux à la dernière phrase d'Amir. Ses questions? À part celles auquel on avait déjà répondu : Quand il arrivera où?, il n'en avait pas la moindre! Il trouverait bien. En attendant, le sympathique bonhomme les quittait, aussi bien le saluer.

De retour avec Lucy Stonemarten Diamonds, la particulière. Elle établissait leur relation : parrainage. Voulant montrer que lui aussi avait de l'humour, Kyle rétorqua :

-J'suis pas baptisé, moi, m'dame, mais comme j'ai toujours voulu voir l'Écosse, j'peux bien jouer au filleul!

Pour souligner son effort humoristique, Kyle envoya un sourire crispé à la demoiselle. Sourire qui se détendit petit à petit, pour se fracasser contre le froncement de sourcil et la baguette de Lucy. Pas coole, la fille. C'était effectivement particulier comme situation. N'avait-elle pas vu Amir à ses côtés? Pour la forme, il sortit sa baguette de sa poche, la lança rapidement au sol et leva les mains vers le dôme de la cathélique. Il roula des yeux et soupira.

-Bien sûr que non, je suis un espion de l'opposition et j'ai préféré ne pas tuer le chef de la résistance canadienne pour faire durer le plaisir. Et puis, ce n'est qu'un canadien, eh!

Si là, elle n'avait pas compris ce qu'était le sarcasme, il était franchement mal barré. En fait, on pourrait probablement bientôt le rayer de la liste des membres de la résistance, des Shamans de Colombie-Britannique, et d'une pléthore d'autres associations où son nom apparaissait.

Nouveau soupir.

Quelques secondes passèrent, porteurs d'une armée d'anges.

Kyle pinça les lèvres, agacé. Qu'elle rit, lui jette un sort, réponde, cesse de le déshabiller du regard (ce n'était pas sa faute à lui, s'il était irrésistible), termine son analyse de la situation, que sais-je!

-Sacréfils, j'suis désarmé, devant toi, sans aucune preuve que tu es de la résistance non plus, il t'faudrait quoi de plus pour m'faire confiance? Si c'est la lune, j'suis désolé, mais mon ex-copine m'l'a demandée aussi et j'ai jamais réussi à faire un accio assez puissant. Puis, j'suis pas sûr que ce serait une bonne idée!

Milles excuses pour le délai!


Dernière édition par Kyle Young le Ven 1 Juil 2011 - 18:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Mélusine McEwan
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 1085
Age du personnage : 25 ans
Occupation : Colonel Moutarde
Avatar : Etc
Date d'inscription : 04/05/2007
Coup de coeur : 187
Gallions : 8519

MessageSujet: Re: Translation   Ven 27 Mai 2011 - 23:03

Par la barbe de tous les Prophètes...

'Ah ouais? Les Centaures sont barbus, maintenant?'

Pffffffffffffffff! Y avait plein d'autres Prophètes et ils n'avaient pas tous quatre pattes, deux bras et presque autant de sabots.
Donc. Par la barbe de tous les Prophètes, elle était tombée sur un idiot. Comme quoi, tous les crétins n'étaient pas Opposants. On en apprenait tous les jours. Quoi qu'il en soit, ils étaient pas sortis de l'auberge. Ni de la cathédrale, à ce train-là.

'Moui. Ou alors, il a de l'humour, le petit...'

C'est vrai qu'il était petit. Enfin, plus petit qu'elle.
Décidant de ne pas trop s'affoler et que, oui, peut-être Soldat Kyle Young était un comique, Mélusine s'autorisa un sourire. Puis deux. Puis trois. Il paraissait que c'était bon pour la santé. Et si le tout était un chouïa crispé, c'était juste que, oh, eh bien, l'accent de ce type venait mettre un sacré boxon dans son élocution. Elle n'était pas sûre d'en comprendre la moitié des mots.
Il n'avait pas pris la fuite. Avait à peine cillé devant sa baguette à elle pointé sur sa poitrine à lui. Ne s'était pas mis à râler à pleins poumons. C'était juste suffisant pour qu'elle lui accorde un point de sympathie. Un tout petit, pour la route. Pour entrer dans ses bonnes grâces, il lui en fallait un sacré paquet d'autres, de toute façon. On ne gagnait pas une place de parking dans son cœur comme de rien. Ca nécessitait un minimum d'effort.

Sa dernière réplique lui en fit gagner un nouveau, de point. Plus que trois cents quarante-sept et peut-être qu'elle reverrait son jugement pour la place de parking.
Et, avec ce nouveau point, ses barrières hostiles et sceptiques s'affaissèrent un peu. Un soupçon vint éclairer son regard. Un quelque chose qui restait sur ses gardes mais qui ne pouvait s'empêcher d'être amusé.


«Pour de vrai? Tu as vraiment essayé un Sortilège d'Attraction sur la Lune?»

Il n'aurait pas dû dire ça! Elle le trouvait presque sympathique, maintenant.
Elle avait envie d'essayer le coup de l'
Accio vers le ciel. Qui savait, c'était peut-être ainsi que l'on cueillait les étoiles? Pas pour la garder, non. Juste pour sentir sa chaleur dans le creux de sa main, lui raconter quelques secrets et la regarder luire avant de la laisser repartir pour parer les ciels d'été.

Bien. Ne pas trop se laisser attendrir. Si sa baguette s'était abaissée d'elle-même, Mélusine restait néanmoins sur ses gardes. Ce qui ne voulait pas dire que toute curiosité s'était envolée.


«D'ailleurs, je me suis toujours demandée... Chez vous, vous utilisez les mêmes sortilèges que nous? Genre le Wingardium Leviosa ou le Spero Patronum? J'ai cru que chaque langue avait ses propres sortilèges. Tu vois, par exemple, c'est sûr qu'en Afrique ou en Amérique du Sud, ils vont pas jeter des sorts en anglais ou en latin. Ou alors, ça voudrait dire que la magie serait née en Angleterre? Mais c'est un peu prétentieux, non? Moi, je pense plutôt que c'est une question de culture. Déjà, selon les besoins de chacun, les gens ont du inventer des sortilèges différents. Pis, en fonction du climat, de l'environnement, des envies, de tout quoi... Peut-être que les japonais, ils ont une incantation spéciale pour faire des sushis. T'as déjà essayé de faire de la cuisine juste avec ta baguette? Moi, je...»

'Stooooooooooooooooooop!'


?

'Tu vas l'achever, le pauvre garçon.'

Boh. Il n'avait qu'à considérer ça comme un test. S'il voulait émigrer en Ecosse, il fallait qu'il ait les nerfs bien accrochés.

'Et puis, tu es un peu ridicule.'

Humpf. Et alors? D'accord.
Enchaîner, l'air de rien.


«Alors, comme ça, tu veux être muté en Ecosse?»

Même que ça s'appelait faire connaissance.




« When I went to school, they asked me what I wanted to be when I grew up.
I wrote down ‘happy’.
They told me I didn’t understand the assignment,
And I told them they didn’t understand life. »
John Lennon


Dernière édition par Mélusine McEwan le Jeu 2 Juin 2011 - 21:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kyle Young
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 47
Age du personnage : 22 ans
Habitation : Variable
Occupation : Apprenti Shaman
Signature : Jugette
Avatar : Jugette
Date d'inscription : 21/04/2011
Coup de coeur : 9
Gallions : 4820

MessageSujet: Re: Translation   Dim 29 Mai 2011 - 1:05

Voilà qu'elle souriait comme si il lui avait lancé un sortilège d'amnésie et lui avait raconté qu'elle était une gamine qui avait toujours voulu visiter les cathédrales canadiennes. Soit c'était béat, soit c'était très très très vilain, comme sourire. Vous savez, le genre de sourire tellement sadique qu'il faut s'y prendre à deux fois pour ne plus voir le sourire mignon, mais bel et bien le sourire tel qu'il est : faussement chaleureux. Un sourire de cheerleader qui t'invite au bal pour que son ex-copain, le capitaine de l'équipe de Quodpot, te provoque ensuite en duel. Pour autant qu'un duel puisse être appelé ainsi à 5 contre 1. Ce n'était pas un fait vécu.

Finalement, c'était un sourire niais. Pour aller avec la question naïve. Bien sûr, tous les canadiens, dans leurs cabanes en bois rond, sous les cieux étoilés, n'ont rien de mieux à faire que de perdre leur temps à tenter d'attirer la lune. N'empêche, peut-être qu'elle trouvait cela romantique. Aussi bien ne pas répondre. Juste sourire. Un sourire mystérieux, ambigüe, qui n'indique ni un oui, ni un non.

Déconfiture. Elle enchaînait sur une question qui prenait l'apparence d'une thèse. C'était donc une volubile, le genre à tout dire avec plus de mot qu'il n'en fallait pour le traduire en toutes les langues connues -y compris celles des êtres de l'eau- et de n'avoir pas encore fini.
Sauf qu'elle s'était arrêtée en plein milieu d'une phrase et avait changé de sujet, passant du coq à l'âne comme d'autres changent de la résistance à l'opposition sans crier gare, ni quoi que ce soit. Cette fois, c'était un fait vécu.

-Non. fit-il tomber pour toute réponse. Il posa alors ses yeux sur la baguette de la sorcière.

-J'avais demandé Katmandou, mais ils n'avaient pas de place pour moi. retour au visage enflammé de l'écossaise.

- C'est ridicule, d'continuer d'me menacer... Si tu voulais bien ranger ton arme, j'te répondrai plus sérieusement. J'pourrais t'dire que mon premier choix était l'Écosse, par exemple, qu'on m'avait dit que c'était beau et qu'les gens y sont sympathiques, mais si ils sont tous aussi paranos qu'toi, je vais demander d'être muté à Londres plutôt...

Il alla s'asseoir sur un des bancs de messe, effleurant au passage le numéro, 43, qui datait de l'époque catholique où les gens réservaient leurs place à l'église, puis répondit à l'interrogation à rallonge de la demoiselle.

-T'es au courant qu'on parle anglais, ici aussi? Donc les mêmes sortilèges. Quoiqu'on dise plutôt spectro patronum... Par contre, les Shamans utilisent d'autres méthodes, complètement.

Il se passa la langue devant les incisives, pour s'empêcher d'ajouter un arrogant "Tout le monde sait cela!".

-C'est culturel, comme tu dis. se contenta-t-il d'ajouter, avant d'insister, sur un ton légèrement trop autoritaire pour un homme désarmé.

-Ta baguette. Range-la j'te prie.

Coup d'oeil éclair vers les lampions et les cierges qui, en ces temps sombres, étaient allumés en bon nombre.
Revenir en haut Aller en bas
Mélusine McEwan
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 1085
Age du personnage : 25 ans
Occupation : Colonel Moutarde
Avatar : Etc
Date d'inscription : 04/05/2007
Coup de coeur : 187
Gallions : 8519

MessageSujet: Re: Translation   Jeu 2 Juin 2011 - 22:50

Mélusine l'avait suivi du regard quand il était allé s'asseoir avant de le suivre tout court. Elle aimait bien dominer les autres du haut de sa grande taille mais pas au point d'offrir à ses interlocuteurs un tête-à-tête avec son nombril. Bien forcée de baisser sa baguette pour prendre place comme il fallait (c'est à dire sur le siège de devant Soldat Kyle Young, et à califourchon pour lui faire face), elle s'abstint juste de la repointer sur le canadien. C'était son compromis façon McEwan: ne pas vraiment accepter d’abdiquer, juste laisser les choses se faire. De toute façon, elle pourrait toujours le menacer à nouveau pour le moindre geste suspect, du regard mal placé à la réplique ambiguë, ça n'était pas les prétextes qui manquaient.

'Et puis, «j'te prie», c'est presque un synonyme de «s'il-te-plaît».'

Voilà! Même qu'elle avait une bonne excuse pour baisser sa garde.
Et, désormais, si elle lui posait une question, il répondrait
sérieusement. L'envie la prit de demander tout et n'importe quoi. Son avis sur une obscure théorie de magie ancestrale ou la solution à une énigme d'arithmancie. Au lieu de cela:

«Chat-Man? C'est quoi ça? C'est comme un loup-garou sauf qu'il se transforme en chat?»

C'était peut-être dans un de ces cours où inattention l'avait prise par la main pour lui présenter imagination et vagabondage. Dans l'ensemble, ce qu'elle avait oublié d'apprendre lui avait rarement fait défaut. Elle avait toujours eu ce don bizarre d'être naturellement attirée par ce qui lui serait utile. Il fallait dire que certains profs avaient un don pour l'interpeller... et d'autres moins. Aussi, ne jugea-t-elle pas sa question si stupide. De manière générale, une question ne pouvait pas être stupide puisqu'elle ne manifestait ni idée ni opinion.

'Oulà!'

Quoi "oulà"?

'Tiens-t-en au strictement minimum question cogitations pseudo-philosophiques, ça me fera des vacances...'

Bref.


«De toute façon, selon les pays, c'est certain que les sortilèges changent. Rien qu'en Ecosse, on a des maléfices que les anglais ignorent.»

Mélusine marmonnait, s'adressant plus à elle-même qu'à son vis-à-vis. Quand on se parlait à soi-même, on avait moins de chances d'être contrariée et presque autant d'avoir raison. C'était reposant quelques fois. En plus, summum du summum, il n'était pas rare d'avoir le dernier mot.

«Et l'Ecosse, c'est le plus beau pays du monde. Tu verras... ses lochs, ses landes de bruyère... Et ses montagneeeeeeeeeeeeeeeeeeeees!»

Sa dernière crise de lunatisme aigu remontait à longtemps. Il fallait toujours être tellement sérieuse, concentrée, appliquée. Fiable.
C'était reposant de se laisser un peu aller.
C'était reposant d'être sous le regard de quelqu'un dont l'opinion lui importait peu.
Pas de stress, pas d'attente. Elle pouvait juste relâcher un moment.


«Moi, je comprends pourquoi j'aime et pourquoi j'ai envie d'y rentrer, de me battre pour ma terre mais j'avoue que toi...»

Elle ne l'interrogeait pas sur son patriotisme ou sur son investissement dans sa localité, c'était de toute façon des notions tellement subjectives.

«C'est juste que... Au Canada... Enfin, ici... Enfin, chez toi... En plein pays Coopérant, il y a de quoi faire, aussi, dans la Résistance et, je....»

Et elle n'était pas très certaine, au fond, de ce sur quoi elle s’interrogeait vraiment.
Elle s'interrogeait, c'était déjà ça. Elle s'interrogeait toujours, tout le temps et partout. C'était une façon comme une autre de se sentir vivre, de sentir inclue dans ce monde qui tournait carré, voire à l'envers. On naissait curieuse ou on ne naissait pas. Et l'univers des inconnues, avec ou sans x, était tellement vaste qu'elle n'aurait jamais le temps d'en faire le tour. Mais ça n'était pas une raison pour renoncer.




« When I went to school, they asked me what I wanted to be when I grew up.
I wrote down ‘happy’.
They told me I didn’t understand the assignment,
And I told them they didn’t understand life. »
John Lennon
Revenir en haut Aller en bas
Kyle Young
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 47
Age du personnage : 22 ans
Habitation : Variable
Occupation : Apprenti Shaman
Signature : Jugette
Avatar : Jugette
Date d'inscription : 21/04/2011
Coup de coeur : 9
Gallions : 4820

MessageSujet: Re: Translation   Ven 1 Juil 2011 - 18:23

Kyle avait observé la Lucy, qui obtempérait avant de s'asseoir sur le banc devant le sien, dans une position pas forcément confortable. Lui-même vint déposer ses talons contre ses fesses, puis étira les jambes et se laissa glisser jusqu'à ce qu'il se trouve en position assise sur le dossier. Il lança un coup d'oeil à sa baguette et plissa les lèvres en signe de contrariété, écoutant avec une demi-attention Lucy. Il comprit tout de même assez sa question pour y réagir vivement. Y avait-il vraiment dans ce monde des gens aussi peu cultivés?

-Tu te moques de moi, là? C'est ça? Ou tu sais vraiment pas c'est quoi un shaman?

Commençant à cerner le drôle de personnage à qui on l'avait confié, l'Amérindien n'attendit même pas la réponse, croyant la deviner, avant de poursuivre dans son explication.

-Un Shaman, c't'un sorcier amérindien, qui utilise pas d'baguette magique. Il intercède avec les esprits, qui sont à la fois son instrument magique et sa réserve. En termes académiques, il fait de la magie verte, ou parfois bleue.

Kyle détourna le regard pour rouler des yeux pendant que Lucy marmonnait dans son absence de barbe, avant de s'écrier une éloge patriotique à laquelle il répondit laconiquement.

-Eh bien, mon pays a les Grands Lacs, les Grandes Prairies et les Rocheuses. C'est le plus beau du monde. Je connais la chanson, on nous a bourré le crâne avec à l'école, ici aussi, eh!

Et bam! Elle venait de le ramasser par un revers insoupçonné qu'il n'avait pas vu venir. À sa réponse platonique elle répondit qu'elle savait pourquoi elle voulait protéger son pays, le défendre à corps et âmes perdus. Mais, en gros, qu'elle ne comprenait pas son choix de partir du Canada. Il y avait tant à y faire pour le protéger. Toutefois, il dû réfléchir aux mots qu'il emploierait.

-T'sais, je peux faire bien plus pour la patrie en n'y étant pas, eh... Quitter n'veut pas dire abandonner : j'me bats pour ma cause, c'est tout.

-On dit qu'il faut vaincre le mal à la racine. Ici, on s'bat contre le faîte de l'arbre. Et puis, les Canadiens sont rien qu'des flancs mous pour la plupart. Des sans ambitions qui préfèrent s'réfugier derrière un mur plutôt qu'd'abattre ceux de leurs oppresseurs, eh.


Elle voulait le savoir? Eh bien elle le saurait : il avait honte de sa nation et était en désaccord avec environ tout ce qu'elle décidait et faisait. C'était pour cela qu'il s'était décidé à aller la défendre ailleurs, là où elle serait réellement défendue.

Le ton toujours aussi neutre, le regard sans véritable émotion, il conclut.

-En plus, sur c'continent, trop d'monde me connaît, on dirait. J'pourrais difficilement agir sans me faire prendre ou démasquer. J'dois me tenir tranquille si j'veux pas un prix sur ma tête. Mais me tenir tranquille, jamais je le ferai.
Revenir en haut Aller en bas
Mélusine McEwan
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 1085
Age du personnage : 25 ans
Occupation : Colonel Moutarde
Avatar : Etc
Date d'inscription : 04/05/2007
Coup de coeur : 187
Gallions : 8519

MessageSujet: Re: Translation   Dim 3 Juil 2011 - 15:40

En lieu et place d'un enlisement sans nom dans lequel elle aurait sombré pour peu qu'elle ait fait sa mauvaise tête («Eh bien, chez moi, on n'a pas d'amérindiens alors, hein, d'abord, pas besoin de crâner mais on a plein de fantômes vieux de plusieurs siècles non mais...» ou encore «De toute façon, moi, je préfère la magie arc-en-ciel. Nah.»), Mélusine joua à motus et bouche cousue. Ce qui n'avait jamais empêché ses yeux d'exprimer son agacement à se voir traiter comme une gamine. Bouderie dont elle sortit à l'évocation du deuxième plus beau pays du monde. Parce que l'Ecosse était indétrônable, quoi qu'il en dise. Et puis, il n'y avait sans doute jamais été. Alors qu'elle, le Canada, elle avait déjà vu. Un fragment. D'ailleurs:

« C'est vrai que vous avez de beaux lacs...», laissa-t-elle échapper, plus sous l'influence de ses propres souvenirs que par esprit de conciliation.

Elle s'attarda dans ses souvenirs, l'air rêveur, le temps de laisser filer deux secondes, avant de se reprendre. Quelques uns des mots du soldat Young l'avait interpellée. Elle ne put s'empêcher de lui pondre son meilleur sourire goguenard:


« Trop de monde te connaît...? Ca veut dire que t'as... que tu t'es fait remarquer? »

Oui, c'était bien une sorte d'enthousiasme amusé qui filtrait dans sa voix.
La jeune femme ne savait pas trop comment rebondir sur le reste. Pas sûr que ses propos soient très élastiques... Et puis, que dire? Elle, elle pouvait se targuer de vivre dans un pays qui n'avait jamais vraiment baissé les bras, qui avait persisté sur la voie de la liberté. Plus ou moins. Sa mère aurait sans doute trouvé une bonne parole ou deux pour rehausser un peu la valeur des choix politiques canadiens mais c'était difficile de se prononcer sur quoi que ce soit quand on était d'accord pour dire que les Canadiens ne s'étaient peut-être pas battus assez fort.

'Et tu es qui, toi, pour critiquer les choix des autres? Tu ne t'es jamais laissée décourager peut-être?'

C'était pas pareil. Ses découragements n'avaient d'influence que sur elle.

' Que tu crois... N'empêche, ça te donne pas le droit de juger... '

Oui, et quand elle aurait besoin d'une leçon de morale, elle l'appellerait à la rescousse. Pour l'instant...


« Ca me va. »

Trois petits mots pour dire que Mélusine avait accepté que Kyle soit un Résistant et qu'il veuille s'exiler chez elle. Ou, plutôt, qu'elle le croyait enfin. La trêve était signée. On pouvait passer à autre chose.

« C'est pas que je suis anko... anliko... Enfin, bref, c'est pas que j'ai des fourmis mais presque. Elles me courent jusque dans l'estomac. Y a un coin sympa par ici où on peut se poser pour manger... »

Eh quoi? On devait pas être si loin de midi.

« On sort se faire une pause casse-croûte et on parle de ton transfert. Sauf si ... c'est trop risqué pour toi? », le taquina-t-elle, avec une demi-tonne d'humour dans la voix.

Les Canadiens n'étaient pas particulièrement réputés susceptibles. En même temps, les Ecossais non plus. Ce qui ne l'empêchait pas de connaître quelques spécimens qu'il fallait chatouiller avec tact. Elle la première.


« Parce que c'est un peu compliqué... J'avais pas trop prévu de ramener quelqu'un avec moi, tu vois. J'étais juste venue... pour le tourisme...»

Traduire: il faut qu'on parle.




« When I went to school, they asked me what I wanted to be when I grew up.
I wrote down ‘happy’.
They told me I didn’t understand the assignment,
And I told them they didn’t understand life. »
John Lennon
Revenir en haut Aller en bas
Kyle Young
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 47
Age du personnage : 22 ans
Habitation : Variable
Occupation : Apprenti Shaman
Signature : Jugette
Avatar : Jugette
Date d'inscription : 21/04/2011
Coup de coeur : 9
Gallions : 4820

MessageSujet: Re: Translation   Ven 15 Juil 2011 - 6:24

Kyle baissa le menton pour pouvoir lever les yeux en direction de Lucy. Elle le prenait pour un office de tourisme, là?

-J'te rappelle que j'suis pas du coin, alors compte pas sur moi pour te conseiller quoi que ce soit. Fallait amener un guide touristique avec toi.

Ça, c'était pour les politesses d'usage. Eh puis quoi? Il habitait probablement aussi loin d'Ottawa qu'elle! Ceci dit, il ne dirait certainement pas non à un verre de jus bien frais, ou encore à un café bien serré. Avant de répondre à son invitation, toutefois, il se permettait d'y réfléchir. Et comment mieux y réfléchir qu'en parlant d'autres choses. D'abord, la petite devrait moins jouer à la maligne, même si la petite était plus grande que lui. On ne se moquait pas aussi impudiquement d'un shaman-en-devenir aussi orgueilleux que Kyle. Le problème était qu'il avait toujours besoin de Lucy pour effectuer son transfert dans les îles britanniques. Il verrait à se venger par la suite. En fait, ca lui permettait également d'accumuler les bévues et de les remettre en une seule fois, comme un forfait cadeau-surprise.

Toujours du même regard par en-dessous, Kyle reprit la parole :

-Te moque pas d'moi. Je t'avertis : j'suis pas des plus patients.

Inutile de préciser que ce serait son seul et unique avertissement. Si elle ne l'avait pas compris, la sélection naturelle ferait son choix entre la naïveté et l'austérité.

-À peu près tous l'monde qui a été à Bloom pendant ma dernière année sait qui j'suis. Mon idée suivait pas la ligne du parti, et ma gueule était trop grande pour s'arrêter.

Inutile d'en ajouter, ou de préciser qu'il était passé du statut de "Canadiendien" à qui on demande si on a appelé son peuple "salish" parce qu'ils salaient trop leur bouffe, à celui de "p*tain d'hippie communiste néo-nazi" à qui on évitait d'être vu en conversation. Bien sûr, ses collègues canadiens n'avaient pas changé d'attitude face à lui, mais c'était une faible minorité de la population de l'école. Heureusement, c'était terminé.

Ensuite, à son tour de faire preuve de sarcasme et de faire sentir, une fois de plus, sa supériorité face à la petite Lucy.

-Tu sais, si tu t'assoyais mieux, tu n'serais pas ankylosée...

Si le ton y avait été, ca aurait certainement été sympathique. En même temps, c'était mieux que si il avait décidé de lui répondre qu'il espérait bien que "ca lui aille", car elle n'avait pas vraiment le choix d'accepter ce qu'il lui disait. Mais mieux valait ne pas se montrer trop lourd. Il sentait qu'il l'était peut-être déjà vaguement.

Il roula sa langue un peu partout dans la bouche, en levant de nouveau la tête pour parler d'égal à égal, puis fit claquer l'organe buccal et trancha, en se levant :

-C'est d'accord pour le casse-croûte, mais je ne prendrai qu'à boire. Juste pour dire que j't'accompagne. Et n'oublie pas le pourboire.

En effet, rien n'était plus frustrant pour un serveur qu'un client étranger qui ne s'était pas informé des us canadiens concernant le pourboire. Rien n'était plus frustrant non plus que de manger avec un tel client et devoir compléter son addition pour ne pas insulter le serveur. Kyle jouait la carte de la prévention.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Translation   

Revenir en haut Aller en bas
 
Translation
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Did Aristide really resign?
» Louba canichou (ex du refuge de Tabanac) s'en est allé
» Une victime de l'insecurite dont on en parle pas
» Nai Anar caluva tielyanna !
» Les 30 jours !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Alternatif :: Royaumes Unis de l'Opposition :: Les Pays Coopérants-
Sauter vers: