PortailPortail  AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
{ What is the date today ? }

N'oubliez pas que l'histoire du forum suit le cours des saisons que nous vivons IRL à J+2 ans.

NOUS SOMMES EN 2017

Donc faites attention à vos dates de naissances et autres dates dans la chronologie de vos personnages.

{ Forum réservé aux membres déjà inscrits }


Le forum n'est plus administré.
Nous n'acceptons plus de nouvelles inscriptions pour le moment.
Pour toute demande de gestion
ouvrez un sujet dans la section réservée aux invités et un membre vous répondra.

{ Invité }

Si tu as cinq minutes
Fais un petit tour du côté du clic

Top Site #1 Top Site #2 Top Site #3 Top Site #4

"Ayez la clic attitude !"


Partagez | 
 

 Au Run Away's [Bar restaurant artistique, musical]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alithéia Shelter
● Humain ●

avatar

Nombre de messages : 136
Age du personnage : 23 ans
Habitation : Londres
Occupation : Artiste, dessinatrice & peintre
Signature : Spilou
Avatar : Spilou
Date d'inscription : 30/01/2011
Coup de coeur : 15
Gallions : 4932

MessageSujet: Au Run Away's [Bar restaurant artistique, musical]   Lun 4 Juil 2011 - 23:26


Dimanche 1er Mai 2013


Au Run Away's

Ma dernière visite dans ce bar restaurant datait du mois de Mars, au moins. J'y avais déjeuné avec Donovan, un jeune musicien d'un groupe de Rock sorcier en mal de guitariste. Notre rencontre avait été assez fun, quand j'y repense. Il bataillait ferme avec une bobine de scotch et une pile d'affiches annonces. Un gars bien. Vraiment.

Je soupire en me rappelant cette journée.
Parce qu'aujourd'hui n'a rien à voir. Aujourd'hui c'est la chute du trou noir. Pas de fond. Pas de réponse. Pas de souvenir des derniers jours vécus non plus.
J'ai retrouvé mon portefeuille dans la poubelle de l'immeuble. Il y avait tous mes papiers, ma carte de crédit et mon passeport. C'est incroyable ! Je suppose qu'en précisant que je viens d'être victime d'un cambriolage chez moi, que j'y étais mais que j'ai tout oublié, vous aussi, vous comprenez à quel point c'est incroyable.

L'un des agents de police dépêché sur les lieux du crime m'a conseillé d'aller vérifier. Je crois l'avoir regardé de travers sur le coup. Maintenant je le remercie. Sincèrement ! Pour avoir eu cette idée brillante, ce type a du en voir de toutes les couleurs dans son métier. J'espère qu'il découvrira vite qui a fait ça.

- Mwoaaaahouh !


Coriolis s'agite dans mes bras. Son museau pointe dans mon sac à mains où les fleurs de son orchidée profitent de la balade. Je ne pouvais pas le laisser dans l'appartement dévasté. Il y a des agents qui passent les lieux au peigne fin en quête d'indices. Coriolis déteste les inconnus. Il les aurait personnellement boutés hors de chez nous. Il peut devenir assez violent. C'est un énorme matou roux tigré aux idées bien arrêtées. Ce matin, en me réveillant, j'ai trouvé une grosse bosse derrière mon crâne, et le chat coincé dans le bac à légumes du frigo. Lui et moi avons définitivement besoin d'un break. Et comme il ne va nulle part sans Dame Violette, l'orchidée est du voyage !

Dans ce bar, tout le personnel me connaît. Je suis une amie du patron. Personne ne m'en voudra d'amener mon chat. Je pousse la porte, les épaules basses.

- Ali ? … Merde t'as une sale mine ! Qu'est-ce qui t'est arrivé ?!


Rien de tel qu'une bonne dose de franchise ! Je salue Ryan Clark, le gars de service au comptoir. Par chance, il n'est pas encore 11h du matin. Il n'y a dans la grande salle que deux-trois clients perdus au milieu d'une mer de tables et banquettes vides. La grande asperge rousse qui m'a si bien accueilli contourne le bar pour venir se planter en face de moi.
- J'ai des ennuis Ryan, je répond à voix basse, On m'a cambriolée cette nuit. Les flics sont sur place, j'ai donné le numéro du Runny's au cas où ils chercheraient à me joindre.
- Pas de problème, Ali' ! Va t'asseoir, t'as l'air d'une morte vivante... Tu veux boire quelque chose ? J'amène du lait pour ton chat ?
- Ce serait sympa ouais. Tu fais toujours les cafés irlandais ?
- Message reçu cinq sur cinq ! Allez, file t'asseoir avant de t'écrouler...
- Je fais peur à ce point-là ?
- Tu t'es pas regardée dans la glace ce matin, toi, hum ?
- On me l'a pétée pendant la nuit, navrée !
- Dur !

Je file m'installer près de la fenêtre, sur une banquette en cuir rouge rembourré. Je pose Coriolis à côté de moi, côté fenêtre, et son orchidée finit contre la vitre. Il pose sa tête sur le bord de la table. Je peux presque l'entendre ronronner. Ses pattes ont les poils collés par le jus de tomate séché. Des graines jaunes parsèment sa fourrure tigrée. Pauvre bête. Lui d'habitude si tyrannique... là, il a juste l'air pitoyable.

Je me frotte le visage. Je voulais passer à l'hôpital pour me faire examiner par un médecin. Cette perte de mémoire des quelques jours précédents, ça me fait simplement flipper. Peut-être cette amnésie est due au coup reçu à l'arrière du crâne. Peut-être que passés quelques jours, le fil des évènements me reviendra... C'est beau, l'espoir !

J'attrape un tube d'aspirine. Ryan me fait signe du comptoir. Il ajoute un verre d'eau sur le plateau qu'il organise pendant que la cafetière fume. Et puis les clochettes de la porte d'entrée tintinnabulent. Je sursaute violemment sur mon siège. Coriolis ronchonne puis reporte son attention sur dame Violette. Le traitement frigorifique l'a assommé pour un moment. Il en deviendrait presque sage, l'animal.
Un nouveau client entre.



Dernière édition par Alithéia Shelter le Mar 5 Juil 2011 - 1:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.plumedargent.com/viewuser.php?uid=132
Ellias MacInerty
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 102
Age du personnage : 25
Habitation : Londres
Occupation : Médicomage / Galleriste à temps perdu
Signature : Tripin'Face
Avatar : Lennox
Date d'inscription : 21/01/2011
Coup de coeur : 0
Gallions : 5033

MessageSujet: Re: Au Run Away's [Bar restaurant artistique, musical]   Mar 5 Juil 2011 - 0:29


Ce matin là, Ellias s'était réveillé avec en tête plein d'idée pour occuper son neveu toute la matinée. Essayez de le distraire de ses cartes Chocogrenouilles et de sa nostalgie de ses parents - ce qu'Ellias pouvait cependant comprendre totalement - mais que faisait de lui un petit père tout triste et renfermé sur lui même, ce qui brisait en des milliers de petits morceaux le cœur de son oncle. En fait, il avait planifié son week-end depuis une semaine, prévoyant presque chaque secondes en réservant même du temps qu'il pourrait perdre sans chambouler l'emploie du temps chargé qu'il avait concocté et ce dans le but de convaincre son neveu de faire telle ou telle chose. Mais ce qui avait le plus problème avait été de régler le problème des cartes chocogrenouilles. Comment faire pour l'en débarrasser alors qu'Ellias soupçonnait fortement son neveu de cacher ses précieuses cartes dans de différents endroits dans l'appartement. En songeant que Wesley ne ferait pas le moindre pas sans ses cartes, Ellias avait réussit à convaincre Vicky de faire un tour à l'appartement pour subtiliser les cartes pendant que le jeune homme détournerait le regard. En essayant de le faire manger des pancakes à la mangue par exemple. Une fois débarassé des instruments qui occupaient quatre vingt cinq pour cent de son attention, et avec la promesse de chercher ses cartes au retour (la majeure partie du temps qu'il avait prévu de perdre était pour cette étape) ils auraient commencé par aller au zoo, puis déjeuner dans le restaurant du choix de son neveu, ensuite un film sur Charing Cross puis ils auraient pu flâner dans Covent Garden en regardant les gens vivrent autour d'eux.

Seulement voilà. Le dimanche matin, le jeune homme s'était réveillé et son neveu le regardait assis au bout de son lit, comme si cela faisait un bon bout de temps qu'il attendait. Il n'avait même pas de cartes dans ses mains, et semblait bien déterminé à demander quelque chose à son oncle. Ce n'était pas vraiment son visage étrangement animé qui avait convaincu Ellias mais le plateau déjeuner posé près des jambes croisées en tailleur de son neveu. Du café dont le contenu traînait un peu partout autour de la tasse, des tartines qui semblaient plus carbonisées que grillées et une petite fleur qui semblait provenir de la glycine qui grimpait à côté de la fenêtre du salon. C'est vrai qu'au début, le jeune homme pensa qu'il faisait un rêve. Parce que … sans rire, dans quel monde Wesley se levait sans ses cartes de chocogrenouilles ? Et dans quel monde lui préparait-il à manger ? En ajoutant une petite fleur ?

• Je ne savais pas trop faire cuire tous les trucs bizarres que tu manges d'habitude, alors j'ai fais ce que mangeait Papa à la maison.

"Les trucs bizarres que tu manges d'habitude", merci l'neveu. Très sympa de ta part de sous-entendre que ton oncle n'était pas normal et qu'il consommait des trucs empoisonnés et se rendait en plus coupable d'essayer de t'en faire avaler. Mais, sur le moment, ce ne fut pas vraiment ce que pensa Ellias. Ses pensées tournaient plus vers sur la requête imminente. Parce que sauf si la Terre venait subitement de s'arrêter, jamais Wesley n'aurait préparé de petit-déjeuner. Pas même pour lui.

• Je voulais te demander si je pouvais passer la journée avec mon amie Mabel.
• Mais je voulais t'emmener … attend quoi ? Euh … Oui … Oui bien sûr, mais sa mère est au courant ? Tu as son numéro de téléphone ?

Bref, sa journée avec son neveu tombait à l'eau. Et le pire, c'est qu'il ne pouvait pas se sentir triste ou déçu. Parce que même si ça n'était pas avec lui, son neveu allait quand même passer une journée avec quelqu'un de vivant et qui n'était pas fait de papier et d'encre colorée. Ellias, après avoir avalé son petit déjeuner. Enfin forcer était plus exact puisque Wesley insista pour le regarder finir son repas avant d'aller filer pour s'habiller en une vitesse record. Ah si seulement il pouvait montrer autant d'ardeur le lundi matin. Enfin bref, au téléphone avec la maman de la petite Mabel avec laquelle il négociait les termes de cette journée, il ne put qu'admirer de loin la grande classe qu'affichait son neveu. Il avait même ressortit un de ses vieux vestons avec une cravate datant de l'époque où il vivait avec ses parents dans sa grande maison de campagne anglaise.

Il fut donc décidé que Nell, la maman de Mabel, viendrait chercher son neveu pour les emmener au zoo et ensuite irait dans des boutiques pour que les deux petits monstres fassent grossir leur stock de cartes. Et oui, parce que la petite Mabel était une sorcière, la seule de la classe, et même de l'école de Wesley. Pas étonnant que ces deux là se soient liés d'amitié. Surtout s'ils partageaient la même professeur qui faisait du racisme avec les sorciers. Mais au moins, Wes semblait aux anges quand sa petite amie et la mère de sa copine arrivèrent pour l'emmener. Dans la tête d'Ellias, Mabel était sa petite amie puisqu'elle était petite et qu'elle était son amie.
Et quand Victrolla et Jared arrivèrent, le double de la clef était sous le paillasson, ils trouvèrent Ellias assis dans son canapé à contempler le plafond beige du salon. Il leur expliqua la situation et hérita de leurs commentaires - qu'il n'avait absolument pas demandé :

• Oh, ça c'est vraiment trop con, mais je sais ce que ça fait, Vicks me le fait tout le temps.

Ca c'était Jared. Tyrannisé par sa petite amie, comme Ellias l'était par sa meilleure amie. Le pauvre, pourquoi restait-il toujours avec elle ? Il aimait souffrir !

• N'importe quoi ! Toi, remue toi vieille chose ! Ton neveu n'est pas là ? Profites-en pour prendre du temps pour toi et sortir avec des potes par exemple !

Ça s'était Victrolla. Usant de la violence pour remonter le moral des autres.

• Vous voulez boire un verre avec moi ?
• Nan, mais pas nous … Mais bouge toi quand même, papy !

C'est ainsi, qu'après avoir quitté les tourtereaux deux carrefours plus loin, il entra dans un bar bien irlandais. Après tout, il avait pensé que bénéficier d'un lieu qui se proclamait venant du même pays que lui. Avec l'idée de ne rien faire de la journée, et d'essayer de trouver quoi faire pour occuper son cerveau lobotomisé. Ellias devait bien s'avouer qu'il avait été déçu de ne pas pouvoir passer la journée avec son neveu.

Il entra donc au Run Away's, en espérant que quelque chose pourrait le distraire ou qu'il trouve quelqu'un qu'il connaissait et avec qui il pourrait passer au moins la matinée. En poussant la porte, il crut d'abord entendre un ronronnement, et une peut primitive fit remonter un frisson de terreur pure le long de sa colonne vertébrale. Il commanda une bière, et s'assit au bar en attendant sa commande. Quand le bruit recommença.

Cette fois ci, il se retourna en direction de la provenance de ce son. Et qui vit-il assit avec son arme de destruction massive ?

• Ali ? Alithéia Shelter ?
Revenir en haut Aller en bas
Alithéia Shelter
● Humain ●

avatar

Nombre de messages : 136
Age du personnage : 23 ans
Habitation : Londres
Occupation : Artiste, dessinatrice & peintre
Signature : Spilou
Avatar : Spilou
Date d'inscription : 30/01/2011
Coup de coeur : 15
Gallions : 4932

MessageSujet: Re: Au Run Away's [Bar restaurant artistique, musical]   Mar 5 Juil 2011 - 1:29

Je frissonne en entendant le client du bar prononcer mon nom. Pour l'instant, tout ce que je désire, c'est qu'on m'oublie ! Est-ce que c'est trop demander ?

Mon mal de crâne revient en flèche. Trop de pensées tuent la pensée... Ryan sert une bière à Mr puis me rejoint avec un plateau. Café Irlandais brûlant, verre d'eau rempli, une coupelle de lait et une corbeille de croissants.

- Les croissants c'est cadeau, Ali ! Allez, avale-moi tout ça, va !

Je remercie Ryan. Une perle ce type ! La première chose que je fais, c'est verser un ou deux cachets effervescents d'aspirine dans le verre. Malheureusement, mes mains tremblent. La moitié du tube y tombe avec le bouchon.

- Et merde !

L'eau se met à bouillonner, saturée de bulles. Puis le tout déborde sur la table. Coriolis me jette un regard navré. Je dévalise une pile de serviettes en papier pour éponger. Puis je lève les yeux côté bar. Il me semble qu'on m'a appelée, non ?

- Oui ?

Je reconnais le nouveau client. Ellias MacInerty. Son visage avenant, son sourire, ses yeux qui passent de Coriolis à ma personne, sa bonne humeur coutumière... Pour un peu, je me laisserais gagner par l'assurance d'être en bonne compagnie. Mais mon cerveau embrouillé ajoute un dernier critère à l'équation. Ellias MacInerty... Le petit sorcier de la galerie d'art.
Mon sang ne fait qu'un tour. J'ignore pourquoi, mais le fait de côtoyer un sorcier, là, dans la minute, me donne des sueurs froides. Comme si l'un d'eux m'en avait fait baver. Pourtant ce n'est pas le cas... N'est-ce pas ? Je sens que s'il sort sa baguette, je fuirais à toutes jambes. Cette peur primaire me coupe le souffle. Bon sang, que se passe-t-il sur la Planète Alithéia aujourd'hui ?

- Salut...


Pour me donner une contenance, je pose la coupelle de lait devant le museau de mon chat. Il m'observe attentivement, renifle le lait, et repousse le récipient pour se perdre dans la contemplation de dame Violette. Bizarrement, ça ne m'étonne pas. Mon verre d'eau s'est arrêté de buller. Je le saisis pour en boire une gorgée. Le liquide saturé de codéine rappe ma gorge. J'espère que ma migraine disparaîtra vite. Avant de me rendre chèvre.

- Salut Ellias.

Ca y est ! ma première parole civilisée de la journée ! Trinquons les amis !
Une gorgée plus tard, la peur de tout à l'heure se calme. D'où sort-elle ? Je l'ignore. C'est comme si mon détecteur de sorcier était branché sur 'tolérance zéro pour les manieurs de brindilles'. Dans ces cas-là, ça signifie que l'un d'eux m'a fait passer un sale quart d'heure. Comme au temps où ma sœur m'utilisait en cobaye pour tester ses Stupidfixs ou autre connerie magique. Bon sang ! Je ne me souviens pas qu'un truc comme ça ait pu m'arriver dernièrement. Ca n'augure rien de bon. Rien du tout.
Ma peur revient au galop.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.plumedargent.com/viewuser.php?uid=132
Ellias MacInerty
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 102
Age du personnage : 25
Habitation : Londres
Occupation : Médicomage / Galleriste à temps perdu
Signature : Tripin'Face
Avatar : Lennox
Date d'inscription : 21/01/2011
Coup de coeur : 0
Gallions : 5033

MessageSujet: Re: Au Run Away's [Bar restaurant artistique, musical]   Mar 5 Juil 2011 - 22:16

Comparé à la jeune femme et son chat, Ellias débordait de santé et de bonne humeur. Si on ne comptait pas les cheveux bruns dressés sur son crâne sur cinq bons centimètres, le magma bulleux qui sortait de sa tasse en gros bouillons, le chat extraordinairement sage contrairement d'habitude s'occupait tranquillement de sa plante au lieu d'aller chercher des noises aux bas de pantalon des clients du café, et même, Alithéia avait vraiment une sale tête. C'en était affolant.

• Ca va ? Demanda t-il avant de réaliser sa connerie. Non, pardon pour la question, bien sûr que ça ne va pas.

Il attrapa son verre, n'en prit pas même une gorgée et se leva pour s'approcher de la table de la jeune dessinatrice. Il n'irait pas s'asseoir, pas avec le chat, la dernière fois, il aurait pu entendre son pantalon hurler de sa petite voix quand le monstre avait fait ses griffes dessus. Ce genre de bestiole, il fallait leur tirer dessus avec des fléchettes tranquillisantes, les mettre dans une cage et les renvoyer dans leur milieu naturel. Pour Coriolis, c'était la savane africaine, il serait très bien avec ses cousins les lions. Et puis ça ferait la paix à tout le monde, Ellias le premier. D'où l'idée en fait. D'après lui, des créatures aussi dangereuses, de son point de vue, ne devraient pas être laissé en liberté. Comme le précisait l'adjectif, Coriolis faisait des partie des bestioles dangereuses.

• Je … enfin … ça fait quelques temps qu'on ne s'était pas revu. Quoi de neuf ?

La question était tellement banale, mais il ne pouvait décemment pas attaquer d'emblée avec "Ma pauvre fille t'a vraiment une tête de déterrée, qu'est ce qui t'es arrivé ? ". Il avait beau être franc d'habitude, ce jour là, il n'était pas encore remis de la déception de sa journée de détente avortée. Et de toute façon, la partie d'en face n'avait pas non plus l'air prête pour un interrogatoire d'emblée. Les valises sous ses yeux, le calme de son chat et sa tasse transformée en lac de lave le démontrait clairement. Et Ellias était humain, il ne pouvait décemment pas lui faire endurer ça, déjà qu'il lui imposait sa présence, même s'il essayait de ne pas trop envahir son espace vital en restant à une bonne distance de sa table - et de son chat - après tout, il voulait faire preuve de bonne volonté pour rattraper ce qu'il avait fait quelques mois plus tôt, parce qu'il ne pouvait pas nier qu'il l'avait sacrifié pour son travail, alors que celui ci était tout à fait minable, même complètement, heureusement qu'au mois de Septembre il ne travaillerait plus sous les ordres d'Ecrabe, mais en attendant, il aurait préféré que la dispute avec son supérieur se produise à cette époque là, comme ça il n'aurait pas eut à faire ce choix et aurait choisit la possibilité de l'envoyer se faire voir chez les grecs.

• Vous avez besoin d'autre chose ?

Le serveur, peut-être une technique pour me demander de me rasseoir, ou au vu de son amitié ? Avec Alithéia, une manière de me dire de dégager du passage pour la laisser manger ses croissants tranquille. Peut-être que c'est ce qu'il devait faire, peut-être que l'étiquette indiquait dans son mode d'emploi qu'après avoir laissé une jeune femme en pâture à un sorcier fou, il fallait se rendre invisible aux yeux de la victime et prétendre que l'on existait pas.

• Non, non c'est bon, merci. Je ne compte pas rester très longtemps.


Et sur ce, il avala une bonne gorgée de bière pour appuyer sa promesses
Revenir en haut Aller en bas
Alithéia Shelter
● Humain ●

avatar

Nombre de messages : 136
Age du personnage : 23 ans
Habitation : Londres
Occupation : Artiste, dessinatrice & peintre
Signature : Spilou
Avatar : Spilou
Date d'inscription : 30/01/2011
Coup de coeur : 15
Gallions : 4932

MessageSujet: Re: Au Run Away's [Bar restaurant artistique, musical]   Mer 6 Juil 2011 - 0:01

J'avale en silence ma codéine effervescente. MacInerty en profite pour s'approcher. Un coup d'œil m'informe que Coriolis l'empêchera de se taper l'incruste. Pauvre homme ! S'il savait où mon chat a probablement passé la nuit, dernièrement, c'en serait fini du règne de Sieur C. Je ne pouvais pas saper l'autorité que mon colocataire poilu à quatre pattes avait mis tant de hargne à construire; sinon à quoi serviraient les vestiges des pantalons de mes visiteurs ? Je vous le demande !

Oui, ça fait un bail que je n'ai pas vu Ellias. Maintenant qu'il le dit, ça va chercher dans les deux mois ? Trois mois ? Je crois que je lui en voulais, d'ailleurs. Une sombre histoire de med-mage taré et de chantage professionnel. Bof ! Je suis trop crevée pour alimenter cette petite broutille en rancœur.

Avec tout ça, je n'ai répondu à aucune question du jeune homme. Je m'apprête à formuler les banalités d'usage quand Ryan le serveur zélé fait son apparition près de ma table. Je reconnais son air alarmé et méfiant.

• Vous avez besoin d'autre chose ?

Ellias lui répond. Mais je n'écoute plus. La sonnerie du téléphone retentit au bar.

- Ryan ? ma voix trahit l'inquiétude qui couve en moi.
- C'est ok, Ali', je m'en occupe !

Le grand rouquin file décrocher. Après quelques paroles échangées, il hoche négativement la tête dans ma direction. Fausse alerte.
Je soupire de soulagement. J'ai encore besoin d'un peu de temps, tranquille. Une fois le verre à bulles avalé, je m'attaque à la tasse de café. La première gorgée me ressuscite.

- On est dimanche, non ? Vous n'êtes pas censé passer du temps avec votre neveu au lieu de vous attaquer seul à une bière pression alors qu'il est à peine 11h du mat' ?

Mon cerveau bute sur la date. Je sais qu'on est dimanche parce que j'ai entendu un de mes voisins rouspéter sur mon pallier. Mais le dimanche de quel jour ? Quel mois ?

- Par hasard, vous pourriez me donner la date du jour s'il vous plait ?

Le café est délicieux. Juste ce qu'il faut de whisky dedans pour me ramener les pieds sur terre. Coriolis, lui, dédaigne sa coupelle de lait.

- Vous ne craignez rien avec lui. On a passé une sale nuit, il n'est pas en grande forme. Je doute que votre pantalon l'intéresse, déclaré-je en caressant la tête de mon chat. Figurez-vous que j'ai été cambriolée. Mon appartement est complètement dévasté, et la police va en avoir pour la journée à essayer de déterminer ce qui a bien pu se passer...

Je vide ma tasse d'un trait. Déjà ça va mieux. Ryan prépare une autre tasse au comptoir.

- Peut-être que je pourrais en profiter pour changer ma déco... Qu'en pensez-vous ? Pas un seul meuble n'a été épargné après tout...

J'en suis là de mes réflexions quand une nouvelle poussée de migraine secoue l'intérieur de mon crâne. La douleur irradie de l'œuf de pigeon et descend dans ma nuque. Peut-être que j'aurai dû commencer par la visite hôpital avant de venir boire un café. Mes mains agrippent ma tête et mes coudes se plantent sur la surface de la table.

- Oh... Misère...


Dernière édition par Alithéia Shelter le Ven 26 Aoû 2011 - 14:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.plumedargent.com/viewuser.php?uid=132
Ellias MacInerty
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 102
Age du personnage : 25
Habitation : Londres
Occupation : Médicomage / Galleriste à temps perdu
Signature : Tripin'Face
Avatar : Lennox
Date d'inscription : 21/01/2011
Coup de coeur : 0
Gallions : 5033

MessageSujet: Re: Au Run Away's [Bar restaurant artistique, musical]   Mer 24 Aoû 2011 - 1:27

Malgré le fait qu'Ali insiste particulièrement sur le fait que son chat soit aussi inoffensive qu'une bestiole inoffensive, il n'y avait pas moyen pour qu'Ellias aille s'asseoir à moins de dix mètres de cette chose. De ce monstre à poils oranges. Non, pas la moindre chose, et si dans un monde alternatif, il se retrouvait avec cette créature sortie tout droit de l'Enfer, il ne songerait même pas un instant d'essayer de le becqueter ni même chercher à tailler une bavette et dans son cas, plutôt une antilope histoire de ne pas ombrer dans la folie. Le jeune homme préférait être un fou mort qu'un mort qui n'aurait pas sombré dans la folie. Il se trouverait juste un coin très loin histoire d'éviter toutes rencontres qui pourraient être désastreuses.

Mais la question d'Ali était bien étrange, mais après tout, il était habitué à ce genre de singularité avec elle, et puis sa boisson médicinale montrait qu'il n'avait pas besoin de se faire trop de soucis pour elle.

• Euh oui bien sûr on est le … euh, le premier mai, dit-il en répondant à la première question dont la réponse lui venait à peu près immédiatement en tête.

Il ne s'approcha cependant un peu de sa table pendant qu'elle commençait à serrer sa tête
*Arrête de penser qu'elle est bizarre, arrête de penser qu'elle est bizarre. Tu le sais déjà, passe à autre chose maintenant, mince quoi … et arrête de mettre du temps entre tes réponses, elle va finir par penser que tu n'es rien d'autre qu'un véritable idiot ! *

• Oui, mais … non. Il y a eut un petit empêchement, donc je passe le week-end tout seul maintenant. Et puis, vous savez ce qu'on dit sur les bières irlandaises ? lui demanda t-il en posant son verre sur la table, toujours aussi déterminé à ne pas s'asseoir à la même table que ce démon roux. Le … tu sais le truc … le truc sur l'heure et les …? continua t-il en se sentant qu'il s'enfonçait encore plus, Ellias n'avait pas non plus envie qu'elle pense qu'il se coltinait un début d'alcoolisme.

Si un jour, il devait devenir alcoolique, il ferait ça bien, avec du Ogden's Old Firewhisky, rien de moins que ça. Et peut-être même du xérès d'Andalousie pour une touche d'exotisme. Mais en aucun cas il ne ferait ça à la bière. C'était presque insultant, et avant d'avoir quarante ans, il se trimballerait une bedaine qu'il n'acceptait que d'avoir en faisant la cuisine.

• Laissez tomber ce n'est pas grave, finit-il par dire pour arrêter de penser à ça de son côté.

Mais quelque chose dans son histoire le fit revenir sur les paroles de la jeune femme. D'ailleurs il s'étonna que ça ne l'ait pas directement ému à la première écoute. Sur le coup, il faillit même se renverser la bière qu'il avait reprit en main pour en boire une gorgée. Voilà qui n'allait pas du tout l'aider à se débarrasser de son image de pilier de bar.

• Attendez deux secondes, demanda t-il entre deux quinte de toux. Vous avez été cambriolée ?

En fait, même là-dedans il y avait toujours qui le chiffonnait.

• Attendez cinq secondes en fait. Vous y étiez non ? Comment se fait-il que vous ne vous souveniez pas de qui à fait le coup ?

Question complètement débile, réalisa t-il après avoir posé le point d'interrogation à sa question. Elle ne l'avait pas vu parce que soit elle n'était pas là, soit parce que, à part si on est un loup-garou, il y a peu de chance de voir dans le noir. Et avant que l'idée qu'il y ait eut de la lumière dans l'appartement pendant le cambriolage ne lui vienne à l'esprit, il fallait se rappeler que les moldus ne faisaient pas péter des feux d'artifices pour y voir, et surtout pas lors d'un vol. Les feux d'artifices sont purement symboliques, bien sûr. Quoi que …

Mais la réaction due à une douleur certaine d'Alithéia le coupa dans ses pensées et lui permit aussi d'échapper à une humiliation bête et simple devant ses bêtises sur la mémoire de la jeune femme. Et son instinct de docteur arriva juste après que ses mains se soient agrippées à la table.

Une tasse pleine de Doliprane ne servirait absolument à rien. Il posa donc sa bière sur la table avec de quoi payer l'addition et passa sa main sous le bras de la jeune artiste. Il fallait l'emmener à St Mangouste, ou dans un quelconque endroit ou on pouvait la guérir, ou du moins l'empêcher de souffrir de maux de crâne.

Quoi qu'à la réflexion, S Mangouste n'était peut-être pas le meilleur endroit pour elle. Ecrabe se jetterait sur elle dès son admission. Et Ellias était sûre qu'elle n'apprécierait peut-être pas la blague. Une fois passe encore, mais deux fois de suite ? Elle ne lui adresserait certainement plus la parole et reprendrait ses croquis. Vicky, furieuse le tabasserait à mort devant la machine à café et Wesley devrait le nourrir avec une paille jusqu'à la fin de ses jours.

Non, St Mangouste n'était peut-être pas une bonne idée.

• Venez, dans mon appartement, je dois avoir quelques potions déjà faite qui seront plus puissantes et plus rapide que ce truc là, proposa t-il en montrant la boisson effervescente.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Alithéia Shelter
● Humain ●

avatar

Nombre de messages : 136
Age du personnage : 23 ans
Habitation : Londres
Occupation : Artiste, dessinatrice & peintre
Signature : Spilou
Avatar : Spilou
Date d'inscription : 30/01/2011
Coup de coeur : 15
Gallions : 4932

MessageSujet: Re: Au Run Away's [Bar restaurant artistique, musical]   Ven 26 Aoû 2011 - 16:05


• ... euh, le premier mai.

J'en tombe des nues. Inutile de remonter le fil chronologique emmêlé dans ma tête. Je sais de façon instantanée que tous mes souvenirs des derniers jours se sont purement et simplement évanouis dans la soupe de neurones qui mijote à l'intérieur de mon crâne douloureux. Comment est-ce possible ? Lentement, je creuse pour retrouver la dernière chose dont je me souviens. Ca ne date pas d'hier, ni avant-hier. Alors quand ?

- Vous plaisantez, hein ? On n'est pas réellement le 1er Mai !

En même temps, je ne vois pas pourquoi il ferait de la date du jour le sujet d'une bonne blague. D'ailleurs, il ne rigole pas, il enchaîne la conversation sur ses changements de plans de week end. Donc, on est bien le 1er Mai ! J'enfonce davantage ma tête au creux de mes paumes.

• Oui, mais … non. Il y a eu un petit empêchement, donc je passe le week-end tout seul maintenant. Et puis, vous savez ce qu'on dit sur les bières irlandaises ? lui demanda t-il en posant son verre sur la table, visiblement déterminé à ne pas s'asseoir près de Coriolis.

- Euh... Non.

Le … tu sais le truc … le truc sur l'heure et les …? ... Laissez tomber ce n'est pas grave.

Coriolis remue le museau en face de moi. Il fixe le verre de bière, m'interroge du regard puis se lèche les babines. Nan ! Ma tête détraquée me fait affabuler. Mon colocataire à poils n'est pas en train de me réclamer subtilement une pinte ! Si ??!

• Attendez deux secondes, kof kof... kof kof kof... ahem ! Vous avez été cambriolée ?

Je reporte mon attention sur Ellias. On dirait que j'ai perdu le fil, est-ce que j'ai manqué un bout de la conversation ? De quoi parlait-il à la fin ?

• Attendez cinq secondes en fait. Vous y étiez non ? Comment se fait-il que vous ne vous souveniez pas de qui à fait le coup ?

1... 2... 3... 4... 5.

J'étais où ça ? Qui a fait quoi ?

Ellias pose finalement son verre sur la table, près du panier de croissants.

• Venez, dans mon appartement, je dois avoir quelques potions déjà faites qui seront plus puissantes et plus rapide que ce truc là.

Je délaisse mon verre d'aspirine. J'ai à peine suivi ce qu'il disait. Coriolis passe devant moi et plonge le museau dans la boisson dorée pleine de bulles. Il lape la bière avec délectation, me jetant parfois des airs de "franchement ! T'aurais pu y penser plus tôt !"
A ma décharge, c'est bien le premier chat que je vois siffler un verre de bière ! Bon sang mais qu'est-ce qui m'a fichu un animal pareil ?!

- Oh excuse-moi ! La prochaine fois je verserai du whisky pur malt dans ton bol de lait, Coco ! Mais je me suis dit ce matin en te sortant de mon frigo complètement gelé jusqu'aux moustaches, que tu avais plus besoin d'une boisson chaude version crème et degré Celsius que d'un remontant à degrés alcoolisés...

Je me tais. Ryan s'est approché avec le combiné du téléphone. Il me le tend silencieusement.

- Allô ?
- Miss Shelter ? Je crains que l'inspection de votre appartement ne prenne plus de temps que prévu. On a relevé des traces d'impacts de sortilèges...
- Des sortilèges ?!
- ... du coup notre commissariat va devoir faire appel à un consultant du département des aurors...
- Attendez une minute ! Il s'agit d'un cambriolage non ? En quoi le département des aurors est impliqué ?
-... Ca peut prendre facilement deux ou trois jours, et on doit donc boucler la scène de crime.

J'adore les dialogues de sourds ! Je sais, je suis dans état de confusion très avancé. Mais le fait d'apprendre tout ça maintenant sachant que j'étais présente mais que je n'en ai aucun souvenir, ça m'empêche d'avoir les idées claires !

- Quoi ?!
- De toute façon, si c'est un sorcier qui a fait le coup, on doit vous mettre sous surveillance au cas où il déciderait de revenir vous voir, vous comprenez ? C'est la procédure !
- Ca veut dire que je ne peux pas rentrer chez moi ?!
- On peut vous trouver une chambre dans un hôtel si vous le désirez. Vous pouvez également aller chez des amis à vous. C'est possible ?
- Euh... J'en sais rien !
- Et il faudra vous faire examiner par un médecin sorcier pour vérifier que vous n'êtes pas sous l'influence d'un sortilège illégal. Allez à Ste Mangoust, c'est là-bas qu'on envoie les humains victimes de sorts, ils ont l'habitude... Vous savez où c'est ?
- Si je sais où c'est ?!

J'écarte le combiné de mon oreille. Les paroles de l'inspecteur me font l'effet d'une douche froide. Ca n'arrange rien à mon mal de tête. Foutue changement d'époque ! Ne vous méprenez pas, c'est génial de connaître l'existence du monde magique, de côtoyer les sorciers. Mais dès que vous déconnez avec vos brindilles et vos incantations, nous les humains, on croule sous les emmerdes administratives et les contrôles. Bon, ça me permettra sans doute de savoir ce qui m'est arrivé. Mais en attendant, je suis à la rue, dans un brouillard aussi tenace que du chewing-gum sur un pull en laine ! Merci la magie !

- En attendant de passer des examens à l'hôpital sorcier ne faites rien ! Ne prenez pas de médicaments ou de potions, c'est clair ?
- Je ne veux pas mettre les pieds à l'hosto des sorciers ! C'est hors de question !
- Mais la procédure en cas d'attaque magique...
- Je m'en contrefiche de votre procédure !

Je ne peux pas m'en empêcher. J'ai horreur de Ste Mangouste. C'est sans appel, je n'irai pas là-bas. Alors une idée me traverse l'esprit.

- Ellias ? Eventuellement, vous me feriez passer un examen de santé ? Il faut l'expertise un médicomage pour le dossier de l'enquête de mon cambriolage. Vous savez à quel point j'ai horreur de votre hôpital... Vous me rendriez un sacré service !


- Bon, je vous rappelle plus tard, Miss Shelter. L'expert en empreintes digitales vient de se pointer, je dois lui faire faire le tour du propriétaire. Où peut-on vous joindre ? Vous avez un téléphone portable ?
- Non, je l'ai perdu. Mais vous pouvez continuer à contacter le Run Away, ils me transmettront vos messages.

Je raccroche, plus déboussolée que jamais. La situation m'échappait déjà avant, là elle prend des proportions hallucinantes. Je pose mon front sur la table. Pourquoi tout ça doit-il m'arriver ? Qu'est-ce que j'ai bien pu faire ? Où est-ce que j'ai déconné ?

Coriolis ronronne sans arrêter de boire à grosses lampées la bière d'Ellias. L'énergie me manque pour lui coller une tape sur la tête. Alors je reste là, à observer pensivement sa langue rose râper les bords intérieurs du verre. Si une enquête mêlée est en cours, ça peut prendre des mois, voir des années à évoluer. La collaboration des services humains et magique reste assez instable et fragile. Je ne veux pas penser au paquet d'ennuis que ça va générer. Bon sang ! Quelle histoire !


Dernière édition par Alithéia Shelter le Mar 1 Nov 2011 - 12:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.plumedargent.com/viewuser.php?uid=132
Ellias MacInerty
● Magic Touch ●

avatar

Nombre de messages : 102
Age du personnage : 25
Habitation : Londres
Occupation : Médicomage / Galleriste à temps perdu
Signature : Tripin'Face
Avatar : Lennox
Date d'inscription : 21/01/2011
Coup de coeur : 0
Gallions : 5033

MessageSujet: Re: Au Run Away's [Bar restaurant artistique, musical]   Lun 10 Oct 2011 - 0:03

Ellias la laissa papoter au téléphone, jugeant que ça ne le concernait pas et qu'elle méritait de pouvoir avoir une conversation téléphonique tranquille sans qu'elle ne surprenne son regard sur elle, remplit de curiosité. Il préférait lui éviter ça, surtout si en prenant en compte le fait qu'elle semblait déjà en avoir bien vu. Et puis il lui en voulait également de ne plus profiter de sa bière. Trop tôt pour une bière irlandaise tss.

Quoique, il n'aurait pas tellement voulut que Wesley le voit ainsi, il était quand même censé être un modèle pour lui et il commençait la journée aussi tôt avec de la bière. D'accord, c'était une très mauvaise idée, mais il pouvait quoi faire d'autre en attendant ? Rentrer chez lui en se tournant les pouces ? Il pourrait toujours aller au cinéma l'après midi, mais en attendant, autant glander dans le bar, avec un peu de chance il ferait une rencontre pratique.

La question d'Ali le rappela à la réalité, il jeta un dernier regard bougon à la bière que buvait son chat avant de relever les yeux vers elle.

• Oui bien sûr,
conceda t-il en songeant que de toute façon, il ne pouvait pas tellement lui refuser cela puisque c'était de sa faute si elle avait passé un sale quart d'heure la dernière fois.

Et puis, il fallait penser que de toute façon, ça l'occuperait pour la matinée. Il soupira, se releva, prit sa veste sur le rebord de sa chaise et attendit qu'elle fasse de même, mais en ne la voyant pas bouger, il haussa un sourcil et désigna la sortie de sa main.

• Je ne vais pas vous auscultez dans cette salle de bar, n'y voyez aucune offense Monsieur Ryan, tout mon matériel est dans mon appartement. Ça prendra à peine cinq minutes d'y aller, et puis vous pourrez revenir ici dans une demi heure tout au plus.

Il soupira en rajoutant son col, attendant qu'elle se décide. Ses seules conditions pour l'ausculter c'était qu'elle lui épargne de se rendre à St Mangouste un jour comme ça, et puis maintenant qu'il était devenu Medicomage à part entière, c'était plus simple pour tout le monde s'ils faisaient ça chez lui.

• J'habite vraiment à deux pas, ajouta t-il en montrant la rue de dehors du pouce gauche.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Alithéia Shelter
● Humain ●

avatar

Nombre de messages : 136
Age du personnage : 23 ans
Habitation : Londres
Occupation : Artiste, dessinatrice & peintre
Signature : Spilou
Avatar : Spilou
Date d'inscription : 30/01/2011
Coup de coeur : 15
Gallions : 4932

MessageSujet: Re: Au Run Away's [Bar restaurant artistique, musical]   Sam 5 Nov 2011 - 21:43

- Oui, je m'en souviens !

Un bref sourire aux lèvres, je revois Ellias me porter chez lui après un vernissage catastrophe où une mauvaise rencontre m'avait laissée sur le carreau pour la soirée. Notre nouveau Medmage national était stagiaire à cette période de l'année, mais je dois admettre qu'il s'était très bien débrouillé compte-tenu de mes antécédents médicaux.

Un douloureux élancement dans l'arrière du crâne me prend soudain. Je vacille sur mon siège en attendant que ça se calme. C'est à croire que le simple acte de remémoration déclenche ma migraine. Quand je me sens prête à me lever, une nouvelle question s'impose : Que faire de Coriolis ? Dois-je l'emmener ou le laisser aux bons soins de Ryan ? Un coup d'oeil vers l'Ellias me conforte dans l'idée qu'il ne supportera peut-être pas ma bestiole chez lui.

- Ryan ? Je peux te laisser Coriolis ? Je ne serai pas longue !

La tête rousse émerge de derrière le comptoir, acquiesce puis disparaît à nouveau.
J'attrape ma veste et mon sac et laisse un généreux pourboire près de mon verre.

- Toi, tu n'attaques personne, où je ferais de Dame Violette de la compote pour escargot, compris ?

Coriolis redresse vivement le museau de son verre de bière. De la mousse lui colle aux moustaches, et ses yeux semblent s'arrondir. A croire qu'il comprend mes paroles ! Lentement, il laisse échapper un petit miaulement bas et rapproche le bout de sa queue du pot de fleurs.

Compris, Ali, je ne bougerai pas d'un poils ! semble-t-il me dire avec ce drôle d'air contrit.

Je secoue la tête, ahurie. Ma migraine empire ? Oui, ça doit être ça. Ellias m'attend toujours. J'enfile ma veste et le suis vers la sortie. Mon regard glisse vers la baie vitrée jusque dans la rue. Je croise le regard d'un grand brun à l'air renfrogné qui se tient adossé au mur du bâtiment d'en face. Il porte un costume froissé, poussiéreux, et son visage mal rasé lui donne un air désagréable. Bizarrement, mes cheveux se dressent sur ma nuque. Ce type me ferait presque peur. Mais je ne le connais pas alors il n'y a aucune raison. Dans la rue, la brise me fouette la figure. Je détourne la tête une seconde pour chasser les mèches de cheveux qui tombent devant mes yeux. Quand je reporte mon attention de l'autre côté de la rue, il n'y a plus personne contre le mur d'en face.

Des pneus crissent et le bruit d'un klaxonne explose dans mon dos. Je sursaute violemment et me retourne. Le grand brun a sauté sur le trottoir où Ellias et moi nous trouvons, il marche dans notre direction. Sa veste flotte autour de sa taille, il y a une baguette qui dépasse d'une des poches intérieures sur le revers, comme si elle me narguait depuis sa cachette éventée.
De nouveau, les cheveux se dressent sur ma nuque. Je jette un regard paniqué à Ellias en reculant. Pourquoi ces réactions ? Pourquoi cette peur panique irrationnelle ?

Le type s'arrête à un pas et m'interpelle.

- Hey ! Vous ! On ne se serait pas déjà vus quelque part ?

La question traverse ma tête sans émettre le moindre écho familier.

- Non, je réponds, bizarrement sûre de moi, Je ne pense pas !

- Ah bon ? Vous me fixiez comme si c'était le contraire ! Vous en êtes sûre ?
- Oui, je n'oublie jamais un visage, le vôtre ne me dit rien !

Il hoche la tête et s'éloigne, apparemment satisfait de ma réponse. J'en fais autant... avant de me rappeler que le domicile d'Ellias est de l'autre côté. Je me retourne, indécise. L'idée de suivre ce drôle de gars creuse un trou dans mon estomac. Bon. Je croise les bras sur ma poitrine. Mieux vaut attendre que la menace disparaisse au coin de la rue. Après tout, cette paranoïa éclaire ne coûte rien...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.plumedargent.com/viewuser.php?uid=132
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Au Run Away's [Bar restaurant artistique, musical]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Au Run Away's [Bar restaurant artistique, musical]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» PAS: Inauguration d’un restaurant communautaire à Delmas
» Laraque blessé en patinage artistique :P
» restaurant chinois
» Et si je me mettais au patinage artistique? (PV Matthew)
» Club Artistique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Alternatif :: Les Pays Unis de la Résistance :: Londres ● Capitale des PURs :: Commerces & Administrations-
Sauter vers: