PortailPortail  AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
{ What is the date today ? }

N'oubliez pas que l'histoire du forum suit le cours des saisons que nous vivons IRL à J+2 ans.

NOUS SOMMES EN 2017

Donc faites attention à vos dates de naissances et autres dates dans la chronologie de vos personnages.

{ Forum réservé aux membres déjà inscrits }


Le forum n'est plus administré.
Nous n'acceptons plus de nouvelles inscriptions pour le moment.
Pour toute demande de gestion
ouvrez un sujet dans la section réservée aux invités et un membre vous répondra.

{ Invité }

Si tu as cinq minutes
Fais un petit tour du côté du clic

Top Site #1 Top Site #2 Top Site #3 Top Site #4

"Ayez la clic attitude !"


Partagez | 
 

 Limaces en conserves (pv sarah Mickaels)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Léo Wendling
● University ●
avatar

Nombre de messages : 61
Age du personnage : 21 ans
Habitation : Liverpool
Occupation : Etudiant à Poudlard Uni
Signature : Copyright de votre signature
Avatar : mo
Date d'inscription : 06/06/2011
Coup de coeur : 3
Gallions : 4731

MessageSujet: Re: Limaces en conserves (pv sarah Mickaels)   Lun 15 Avr 2013 - 13:17

Amusant. C’était sûrement le mot qui convenait le plus à cette situation. Alors que je regardais les hautes tours du château, Sarah griffonnait un tas de traits harmonieux sur les pages vierges de son carnet à dessin. Un sourire s’étira sur mes lèvres. Elle me faisait penser à cette fille que je connaissais bien à Londres. Celle qui venait sans cesse dans mon bar pour croquer, caricaturer les clients ou même encore refaire toute la déco du bar. Elle m’avait offert à plusieurs reprises, de magnifiques croquis que j’avais précieusement gardés dans un coin de ma chambre.
Personnellement je n’avais jamais été doué en dessin. Peut-être pas manque d’intérêt ou de motivation. Je ne comprenais jamais ces gens qui pouvaient passer des heures entières sur un dessin, alors que le monde nous offrait un tas de choses à faire. Enfin, peut-être pensent-ils la même chose de moi et ma guitare.

Passant les bras derrière la nuque, j’écoutais d’une oreille distraite les paroles de mon amie. C’était agréable de prendre son temps, d’apprécier ce bain de soleil, de se poser sur l’herbe du parc et ne rien faire. D’ordinaire, mon cœur battrait la chamade à l’idée de lézarder au soleil sans me soucier du reste de la journée. Je détestais ça ; rester inactif. C’était dans ma nature, après tout, que de bouger à droite à gauche, sans prendre une minute pour moi. Mais là, j’étais bien et je savourais chaque minute.

Sarah continuait à me dessiner. C’était amusant de la regarder si concentrer, avec quelques petits gestes d’artiste. Elle plissait les yeux, portait son crayon à une distance d’un mètre, puis revenait sur sa feuille. Elle relevait sans cesses ses prunelles claires vers mon visage, affichant quelques grimaces au coin des lèvres. Je me sentais observé, analysé et presque gêné. Pourtant, j’avais pris l’habitude de voir toutes ces filles me décortiquer du regard. Et encore là, je n’étais pas torse nu … Enfin.


« Tu me rappelles une amie qui dessinait des caricatures à Londres. Elle était vraiment douée cette fille-là ! Au fait Sarah, tu dessines depuis quand ? »

La question qui tue. Moi-même je détestais quand les gens me demandaient depuis quand je jouais de la guitare. Pourtant, je ne me considérais pas comme un Dieu de la musique, simplement un passionné. Mais bon, j’étais toujours impressionné par les artistes de talents. Et Sarah en était indéniablement une. Je tendis le cou pour voir l’avancée du dessin, impatient. Après tout, c’était moi qu’elle était en train de dessiner, alors ma curiosité en était plus qu’attisée. Bien entendu, Sarah ne me laissa pas le loisir de contempler son œuvre avant de l’avoir finie. Elle rapprocha son carnet sur sa poitrine et me repoussa en arrière tout en rigolant de bon cœur.
Taquin et impatient. Je fis mine de bouder, levant le nez vers les branches feuillues du Chêne millénaire, puis croisa mes bras.


« Si c’est comme ça jte boude ! na ! »

Bien sûr, il était hors de question de bouder ma petite blonde préférée. Mais peut-être arriverai-je à lui donner un sentiment de culpabilité pour qu’elle me montre son chef d’œuvre avant de l’avoir totalement aboutie ?
Revenir en haut Aller en bas
Sarah Mickaels
● University ●
avatar

Nombre de messages : 96
Age du personnage : 20 ans
Habitation : Manoir familial Mickaels, Edimbourg
Occupation : Etudiante 3ème année - Moon Shadow
Signature : Fatal†Error
Avatar : SWEETNESSOFSIN
Date d'inscription : 31/03/2011
Coup de coeur : 12
Gallions : 4940

MessageSujet: Re: Limaces en conserves (pv sarah Mickaels)   Sam 20 Avr 2013 - 19:19

Ces moments là, je les appréciais. Je pouvais passer des journées seule, à dessiner tout ce qu'il se passe autour de moi, à recréer un monde sur papier. Et Merlin, que j'aimais cela ! Chez certains, c'était la musique leur Catharsis, chez moi c'était le dessin.
Il était mon exutoire, il était le sentiment de renouveau qui parvenait à m'habiter quand les idées noires me consumaient. Et j'en remercierais toujours Gabriel, mon grand frère, c'était lui qui m'avait mis en main, ma toute première plume et mon tout premier parchemin.

Merci, grand frère.

Toujours concentrée pour dessiner mon ami, je ne l'écoutais que d'une oreille. Ainsi donc, je lui faisais penser à une fille qui dessinait des caricatures à Londres ! Léo, ne savait-il pas qu'aucune fille n'aime être comparée à une autre ? Et je faisais partie de ces dernières. Non pas que j'en ressente une certaine jalousie. Mais, j'étais une fille et c'était ainsi. Non ? Je ne répondis pas à son observation, toujours happée par mes croquis. Je ressentais une certaine fierté, à le dessiner, lui. Car je savais que plusieurs filles se retournaient sur son passage.
Mon ami, n'était pas un laid garçon, bien au contraire. Je m’apercevais avec malice, que j'avais observé chaque détail émanant de sa personne. Et qu'il était beau, autant en personne réelle, qu'en simple croquis sur une feuille auparavant virginale. Mais mon modèle était vraiment impatient ! Je le vis tendre le cou pour regarder, ce que en tant qu'artiste, je ne tolérais nullement. Par réflexe, je plaquais mon carnet de cuir noir sur ma poitrine pour l'empêcher de regarder.

Et je riais. D'un rire cristallin, que je n'avais pas eu, depuis un moment ...

Mais c'est qu'il me "boudait" en plus ? Souriante, je déposais mon carnet à quelques centimètres de moi, toujours fermé, pour ne pas qu'il puisse voir, ne serait-ce qu'un seul trait de son portrait. Me mettant à genoux derrière lui, je me mis en tête de le chatouiller, pour le faire rire. Chose faite, je terminais mon portrait, toujours souriante.
En espérant que le jeune homme soit des plus heureux ! Gardant le carnet dans mes mains, je l'ouvris à la fâmeuse page où se trouvait Léo.


- Regarde !

Mes yeux clairs regardèrent ceux de mon ami, et j'étais en attente d'une réponse. Positive ou négative, peu m'importait ! Mais une réponse, venant de sa part. Etais-je douée au final ?

- Alors ... ?

J'étais tellement stressée, que je m'en mordais les lèvres ... Et que j'en oubliais que Léo m'avait posé une question des plus cruciales !
Décidément, ça promettait pour le monde du travail !


- Pour te répondre, c'est depuis que je suis toute petite et que je sais tenir un crayon, que je dessine ! C'est mon frère, qui m'a initiée. Et toi ? Depuis quand, joues-tu de la guitare, Léo ?
Revenir en haut Aller en bas
Léo Wendling
● University ●
avatar

Nombre de messages : 61
Age du personnage : 21 ans
Habitation : Liverpool
Occupation : Etudiant à Poudlard Uni
Signature : Copyright de votre signature
Avatar : mo
Date d'inscription : 06/06/2011
Coup de coeur : 3
Gallions : 4731

MessageSujet: Re: Limaces en conserves (pv sarah Mickaels)   Dim 16 Juin 2013 - 23:23

J’entendais son rire se répandre dans le parc. Elle paraissait plus joyeuse, plus ouverte à la vie, plus naturelle depuis quelques secondes. Peut-être même, depuis le moment où elle venait de prendre son crayon en main. Le simple fait de dessiner lui permettait d’être elle-même, de rentrer dans un nouveau monde, un univers qui ne lui appartenait qu’à elle. On considérait les artistes souvent de bizarres ou de gens hors du commun. Mais le sont-ils vraiment ? Ou n’ont-ils simplement pas trouvé un moyen plus simple que d’être eux-mêmes ? Pour moi, il est évident que nous vivons dans un monde de retenue. On juge bien trop sur les apparences, les normes, ce qu’il faut être ou ne pas être. On n’a pas vraiment le moyen d’être nous-même en société, à part si l’on est fou ou enfant. Dire ce que l’on pense est mal vu, agir comme on en a envie est mal vu, ne pas rentrer dans les normes est mal vu.

J’admirais Sarah pour ça, parce qu’elle devenait elle-même en tenant son crayon. Son visage s’illuminait et sa façon de rire si spéciale soit-elle m’émerveillait. Lorsque je jouais de la guitare, je partais dans un tout autre univers. Mais j’étais si perdu, que je n’avais pas la moindre idée de comment les gens peuvent me percevoir. Je ne pense pas entrer dans un état de transe ou quelque chose du genre, mais simplement que mes émotions passent par la musique et que j’essaie de les faire transmettre aux autres.

Ce n’est pas toujours évident pour les personnes qui se disent « normales », qui disent rentrer dans les normes de la société. Elles se renferment tant dans une bulle parfaite et hermétique, qu’au final, elles ne sont ouvertes à rien. Sarah me tend le dessin, j’observe, fronçant les sourcils.


« Humm … j’ai un gros nez quand même non ? Et puis mes yeux ne sont pas très symétriques ! »

Je taquine. Le dessin est très bien ! Moi qui ne sais pas même dessiner un arbre ou un simple bonhomme, je ne peux me permettre la critique. J’éclate de rire et lui pose une main sur l’épaule, histoire de la réconforter dans sa minuscule blessure d’artiste.

« Ah oui, tu dessines depuis longtemps ! Moi je ne suis même pas capable de dessiner correctement un bonhomme … je suis resté au stade dessin de maternelle ! Non, ton dessin est très bien fait ! Ne gomme surtout rien ! »

Je souris, puis me redresse, gonflant mes poumons à bloc. Mon regard se perd au loin, le soleil se meurt doucement derrière les hautes montagnes environnantes. Le temps passe vite, même peut-être trop vite. Je n’ai pas travaillé de l’après-midi, mais au moins j’ai appris à mieux connaitre Sarah. Elle me demande depuis quand j’ai commencé la musique. Je réfléchis en levant les yeux vers les branches du vieux chêne. Je ne m’en souviens plus vraiment, peut –être vers l’âge de 13 ou 14 ans, lorsque j’avais vu Edgard un élève de Gryffondor qu je vénérais à l’époque, pour ses talents musicaux. J’avais toujours été attiré par le monde de la musique, mais quel instrument choisir ? Il y a tant de choix. Malgré ma volonté d’apprendre, mes parents n’avaient pas les moyens de m’offrirent de quoi commencer la musique, alors j’ai emprunté la guitare d’Ed dans un premier temps. Puis vu mon avancement presque prodigieux, le garçon m’avait rapidement refilé sa guitare, que je gratte toujours, sous des airs plus ou moins mélancoliques.

« Je ne m’en souviens plus vraiment. Peut-être vers ma 4ème année à Poudlard … Enfin, je sais juste que ma guitare appartient à celui qui m’a poussé à jouer. Et je n’ai jamais eu l’occasion de le remercier. »

Songeur. J’expire doucement, repensant à Edgard. Ce brave gaillard …
Revenir en haut Aller en bas
Sarah Mickaels
● University ●
avatar

Nombre de messages : 96
Age du personnage : 20 ans
Habitation : Manoir familial Mickaels, Edimbourg
Occupation : Etudiante 3ème année - Moon Shadow
Signature : Fatal†Error
Avatar : SWEETNESSOFSIN
Date d'inscription : 31/03/2011
Coup de coeur : 12
Gallions : 4940

MessageSujet: Re: Limaces en conserves (pv sarah Mickaels)   Lun 17 Juin 2013 - 23:37

J'étais sereine. Je riais comme jamais auparavant. Depuis la mort de mon grand frère, tout n'était que morosité et idées noires. Alors cette après-midi dans le parc, m'avait fait le plus grand bien. J'étais en osmose avec moi-même avec ce que j'étais réellement. J'étais une artiste, du moins une future artiste. Et j'aimais cela.
Le fait d'avoir parlé à Léo, m'ôtait un grand poids. Je me sentais plus légère, comme apaisée. Même si les douloureux souvenirs de Gabriel feraient toujours surface dans mon esprit, au moins je les accepterais, sans m'en rendre malade. Il faudrait que je donne cette méthode à maman. Maman, cela faisait un bon moment que je n'avais plus de ses nouvelles. Et pourtant, ce n'était pas faute de lui envoyer des hiboux. A croire qu'elle m'en voulait. Mais de quoi ? Je ne le savais pas. Et peut-être qu'elle ne le savait pas elle-même.
Je décidais qu'après notre entrevue dans le parc avec Léo, j'allais écrire une lettre longue et romancée à maman. Elle serait contente, et en espérant qu'elle me réponde.

J'avais fini mon ouvrage et je le montrais fièrement à Léo, sûre de moi. Mais ce dernier, par une seule phrase brisa mes espoirs. J'étais trop impliquée dans mon croquis et je n'avais pas décelé la note d'humour qu'il avait apporté. Et pourtant ... Reprenant mon sourire quotidien, je les regardais, tour à tour, lui et mon dessin. Et j'étais tout de même fière de moi. Même si bon, il me faudrait un certain temps pour passer professionnelle, mais je devais travailler pour cela. Et les réactions comme celles de Léo, me confortaient dans l'idée de suivre ma voie.
Je lui souriais, tout en tenant mon carnet contre moi. Il était mon trésor, ce qui me ralliait à ma condition d'artiste et pour rien au monde, je l'égarerais. Il m'était trop précieux, et salvateur. Car à l'intérieur, se trouvait mon âme et ce que j'étais réellement. Et j'étais heureuse d'y avoir dessiné mon charmant ami Léo. Ami très important !


- J'ai bien cru que tu ne riais pas. Et pour un peu, j'étais vexée. A croire que les artistes sont tous susceptibles quand on critique leur travail ! Mais ça va, je suis quand même fière de moi ! Et l'important c'est de travailler et travailler encore ! Pour se perfectionner ! Et c'était cruellement vrai. Si je ne travaillais pas, si je ne m’exerçais pas, je n'arriverais à rien. Maman, me l'avait dit et Gabriel. Lui aussi.

Puis vient le moment où je demande à Léo depuis combien de temps, il joue à la guitare. Il me répond, et je souris. Ainsi donc, il avait un "mentor", un élève qui l'avait passionné et lui avait tout appris. C'était vraiment intéressant ! Très intéressant ! Je le vis se redresser et malgré moi, je suivis le mouvement. En même temps, mon corps s'ankylosait à force de rester immobile et ça me ferait du bien de m'étirer. Ce que je fis, tout en gardant un œil sur mon carnet, puis sur mon acolyte artiste.
Une question me venait à l'esprit. La guitare était à ce garçon, mais pourquoi Léo l'avait-il ? Peut-être était-ce un don ? Si tel était le cas, c'était vraiment bien. Cela prouve que l'autre garçon avait une totale confiance en mon ami.

Ou bien, il était mort. Décidément, je devrais arrêter de penser tout le temps à la Mort. Ce n'était jamais bon.


- Tu l'as perdu de vue ton ami ? Ou ... ?

Sarah Mickaels, où l'art de poser les questions embarrassantes. Toujours.
Revenir en haut Aller en bas
Léo Wendling
● University ●
avatar

Nombre de messages : 61
Age du personnage : 21 ans
Habitation : Liverpool
Occupation : Etudiant à Poudlard Uni
Signature : Copyright de votre signature
Avatar : mo
Date d'inscription : 06/06/2011
Coup de coeur : 3
Gallions : 4731

MessageSujet: Re: Limaces en conserves (pv sarah Mickaels)   Sam 22 Juin 2013 - 12:54

Du coin de l’œil je contemplais ce portrait, pourtant si bien dessiné. Je me sentais légèrement mal à l’aise. Non pas qu’à présent je me trouvais au cœur des pages du carnet de croquis de Sarah, mais par le simple fait de me voir dessiné. Je ne me sentais pas particulièrement beau, au point d’avoir mon portrait fiché sur une page … Ma nature modeste avait tendance à me sous-estimer, à me rabaisser, alors qu’il n’y avait pas lieu d’être. Combien de fois m’avait tout fait la remarque qu’avec ma belle gueule je pouvais avoir toutes les filles que je voulais ? Mais pourtant, je n’en faisais rien. Je mettais ces atouts de côtés pour me consacrer à la guitare, à mes études et à mes rêves.

Soudain, Sarah me questionna sur mon mentor. Edgard. Ca faisait une éternité que je ne l’avais pas vu. Perdu de vue ? Peut-être. Je savais simplement qu’il avait dû quitter Poudlard dans un concours de circonstances et qu’il n’avait jamais pu y remettre les pieds. Il me manquait, car au fond, c’est lui qui m’avait tout appris. Je voyais encore ce visage effrayé, ce soir-là, alors qu’il m’avait réveillé dans les dortoirs de l’Université. Un visage comme pétrifié par la terreur, à moitié couvert de sang. Je n’ai jamais su ce qu’il lui été arrivé. Il m’avait simplement dit de faire attention et qu’on se reverrait peut-être un jour, mais qu’il était temps pour lui de partir.
Où ça ? Aucune idée … Je regrettais le fait de n’avoir rien dit, rien fait. J’étais resté bêtement assis sur mon lit, à le voir s’en aller dans les dédales du château. C’était mon ami, celui qui m’avait tout appris et il s’était volatilisé en un soir, pour ne plus jamais revenir. J’avais essayé de comprendre ce qu’il avait fait. Pourquoi ce soir-là, m’avait-il réveillé pour me dire de faire attention. Pourquoi la peur se lisait-elle dans ses yeux ? Et surtout, pourquoi était-il couvert de sang cette nuit là ? Je soupirais lentement.


« Oui, on s’est perdu de vue. Non pas qu’on ne s’entendait plus. Edgard était l’un de mes meilleurs amis. Il me disait toujours tout, mais ce soir là, il devait partir. Je ne sais pour quelle raison. Mais à mon avis, c’était une question de vie ou de mort. Un étudiant qui quitte Poudlard au beau milieu de la nuit, un soir de pleine lune … tu ne trouves pas ça louche ? J’ai longtemps pensé qu’il était peut-être devenu loup garou. »

Je revoyais encore les traces de sang sur son cou, sa chemise blanche devenue vermeille et ses yeux presque sombres. Sa peau était presque laiteuse … vampire, loup garou, quoi d’autre ? Je m’étais imaginé tout un tas de transformations possibles. Certains disaient que je fabulais. Edgard était parti pour une raison inconnue, il fallait simplement l’oublier. Mais c’était facile pour eux. Il n’avait que moi comme ami, personne d’autre. J’aurai pu l’oublier, passer à autre chose. Mais un ami, ça ne s’oublie pas aussi vite. Surtout lorsque la dernière chose qu’on a pu lire dans ses yeux, se trouve être tout simplement la peur, l’angoisse, la terreur.

« J’ai essayé de comprendre pourquoi il est parti sans jamais me donner la moindre nouvelle. Je ne sais pas s’il est en vie ou mort. Mais bon … sa guitare me rattache encore à lui et peut-être qu’un jour nos chemins se croiseront à nouveau. Qui sait ? »

Je fis mine de sourire, même si au fond, recasser le passé ne me faisait pas le plus grand bien.

« Mais bon comme dit, il ne faut pas s’arrêter sur le passé. Il faut aller de l’avant pour vivre. Edgard était un bon camarade, mais il y a plein de gens tout aussi intéressant à Poudlard et qui peuvent apporter tous autant qu’il m’a apporté. Je ne regrette pas son choix, même si parfois, j’aurai voulu qu’il reste ou qu’il me donne une simple nouvelle. »

Au fil du temps, on apprend à oublier.
Revenir en haut Aller en bas
Sarah Mickaels
● University ●
avatar

Nombre de messages : 96
Age du personnage : 20 ans
Habitation : Manoir familial Mickaels, Edimbourg
Occupation : Etudiante 3ème année - Moon Shadow
Signature : Fatal†Error
Avatar : SWEETNESSOFSIN
Date d'inscription : 31/03/2011
Coup de coeur : 12
Gallions : 4940

MessageSujet: Re: Limaces en conserves (pv sarah Mickaels)   Dim 30 Juin 2013 - 0:32

Léo était vraiment d'un naturel gentil, et il était vraiment de bonne compagnie. Au fur et à mesure que je passais du temps à ses côtés, je me sentais renaître. Non, pas que j'étais au plus mal, mais il y avait eu mieux. Le fait de l'avoir dessiné dans mon carnet y était pour quelque chose. Grâce à cela, j'aurais un souvenir de cet après-midi bienfaiteur dans le parc et tout ira pour le mieux. Non ?
Souriante, je pensais à mes camarades de chambrée, surtout une, qui me tuerait si elle me savait avec le jeune homme. Mary-Weather, était, et encore je pèse mes mots, folle de lui. Il n'y avait pas un jour sans qu'elle ne me parle de Léo Wendling. Au début nous trouvions cela amusant et touchant, mais à la longue ... J'ai bien essayé de la pousser vers lui, qu'elle aille lui parler. Mais rien n'y faisait, elle restait cantonnée sur ses positions. Celles, où observer de loin Léo était préférable.
Avant de refermer mon précieux de travail, j'effleurais le grain du papier et le dessin s'y trouvant griffonné. Léo était adorable et mignon, quoi d'autre ? Et un artiste, tout comme moi. L'écoutant attentivement, je pouvais sentir le malaise qui l'étreignait à parler de son ami.

Etait-il disparu ? Mort ? Ou pire encore ?

Quand il me narra sa dernière entrevue d'avec lui, je mis une main devant mes lèvres pour cacher ma surprise et mon désarroi. La dernière fois, qu'il avait vu son ami, celui-ci avait du partir précipitamment. Et il ne l'avait jamais revu ... Comme mon frère ce jour là, je n'avais pas pu lui dire combien je l'aimais. Car nous nous étions disputés quelques instants plus tôt, juste avant notre excursion équestre. En y repensant les larmes me montèrent aux yeux et je baissais la tête.
J'étais honteuse. Léo me confiait des souvenirs douloureux, et moi, je ramenais tout à la mort de Gabriel, comme une égoïste. Lentement, je pris l'une des mains de mon acolyte dans les miennes, et je lui souris. Les larmes s'étant taries d'elles-mêmes.


- C'est bizarre, en effet. Peut-être était-il en danger et vu que tu étais son meilleur ami, il a voulu te préserver ... Et il ne t'a rien dit ... Répondis-je avec un sourire gêné. Décidément, je n'avais jamais su comment consoler les gens. Ma mère trouvait toujours les mots juste elle, mais moi.

La seule chose que je pouvais faire, c'était de garder les doigts de Léo dans les miens. Et de lui sourire pour lui réchauffer le cœur. Même si, par orgueil masculin, il me prétendra qu'il n'aura nullement besoin de réconfort. Sale fierté masculine, honteusement mal placée !


- Oui, la guitare te rattache à lui. Et comme tu dis, tu le reverras peut-être ! Et je te le souhaite vivant ! Je croise les doigts pour toi !

Je souris encore à son aveu, fière de ce qu'il était en train de dévoiler. Cet après-midi dans le Parc, dévoilait son lot de surprises et j'étais heureuse en cet instant précis. Fugace, je l'embrassais sur la joue avant de me détourner de lui, pour regarder les environs et voir une kyrielle d'élèves se diriger vers nous. Ces derniers, prirent place à quelques lieues de nous, et me saluèrent car ils étaient de ma promotion. Me retournant vers Léo, je ne pus qu’acquiescer à ses dires :

- Tu as raison. Poudlard regorge de personnalités toutes aussi intéressantes les unes que les autres ! Mais je suis convaincue qu'il refera surface un jour ou l'autre !

Soudainement, j'entendis mon estomac faire des siennes. J'avais faim. Décidément, il ne perdait pas le nord celui-là et moi non plus ...

- Léo, ça te dirait qu'on aille boire un verre et manger quelque chose ...

Nouveau sourire, en espérant qu'il accepte.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Limaces en conserves (pv sarah Mickaels)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Limaces en conserves (pv sarah Mickaels)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Elections US: Sarah Palin plus populaire que McCain
» Entre limaces et phacochères [Pv Ed]
» Sarah Wild
» Sarah Eilanö
» Sarah Peverell

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Alternatif :: Poudlard University :: Les Extérieurs du château :: Parc et Forêt Interdite-
Sauter vers: